20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 11:53

Peurs, jalousies, envies... Quand les éléments dynamiques de notre pays se heurtent aux adeptes de l'inertie, c'est toute une population qui en souffre ! En voici un bel exemple avec l'artiste Castelli, brillant peintre faisant face à ses détracteurs avec courage et ténacité :

 

 

Les villages des toiles de Stéphane Castelli sont le fruit d'un seul trait.
Les villages des toiles de Stéphane Castelli sont le fruit d'un seul trait. (© D.R)
 

Arstiste figuratif qui travaille sur l'architecture dans sa version épurée et revisitée, Stéphane Castelli a mis du temps avant de faire de sa passion un métier. Son parcours, atypique, s'est dessiné entre Rouen, Le Havre, Marseille et Lille, avant de s'arrêter à Lézignan en 2008.

 

Titulaire d'une thèse en Droit, mais non éligible à une bourse d'études, il décide d'arrêter son activité de contractuel dans l'enseignement en 2010 pour s'installer en tant qu'artiste peintre.

 

En 2 ans, sa reconnaissance explose, nationalement, et même au-delà des frontières. Il est primé au 150e salon de la Société Nationale des Beaux-Arts (SNBA), dont il fait désormais partie et qui s'est tenu au Carrousel du Louvre en 2011. Ce mois-ci, il participe à la manifestation Amfitrions, qui regroupe dans le château de Montesquiu, près de Barcelone, 25 artistes primés en France. La nature de ses toiles, proches de la calligraphie, lui permet également d'être très apprécié au Japon, où il est invité à participer à une exposition prestigieuse, dans un château classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Malgré ce parcours encourageant, Stéphane Castelli éprouve une étrange difficulté pour exposer dans sa ville : "Dans le département, j'arrive à trouver des lieux qui m'accueillent, comme El Indalo à Pieusse, La porte d'Amont à Mirepoix ou encore Chez Poulet au phare sud de Gruissan, mais impossible d'accrocher mes toiles à la Maison Gibert, ou pendant le week-end de l'Art dans le Ruisseau".

 

Pour le jeune artiste, une explication existe, sans toutefois qu'il ne la comprenne : "Les artistes locaux font tous partie des comités de sélection des divers lieux d'exposition. Ils peuvent ainsi bloquer tel ou tel artiste à leur aise. Je fais donc apparemment les frais de leur stratégie, sans comprendre pourquoi".

 

Surpris par cette animosité, qu'il ne retrouve pas au niveau international, le peintre trouve simplement dommage de ne pas pouvoir exposer dans une ville qu'il participe désormais à faire connaître en France, et dans le monde.

 

Qu'importe, Stéphane Castelli continue sa route, projetant de créer bientôt un collectif ('Les nouveaux figuratifs') composé d'artistes français, espagnols et américains. Au sein d'un univers où il est si difficile de durer, il espère faire long feu !

 

Et dans ses toiles où l'imaginaire pur côtoie les formes de villages existants, peut-être aurons-nous la fierté de reconnaître un jour les contours de la capitale des Corbières.

 

Germain Cauffopé pour midilibre.fr

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Actualité-sociologie

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes