15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 11:52

" Un beau livre, une belle personne, un long cheminement rétrospectif, et la lumière au bout... Hier est désormais en nous et nous allons irrémédiablement vers demain. Ce livre est le fruit d'un basculement. Sa beauté en est inversement proportionnelle à sa douleur... Naissance, lumière, noir, renaissance, déploiement vers l'avenir. Magie du livre. Exploit personnel pour notre plus grande joie de lecteur... Poésie éternelle. "  

Par Calo Brooklyn.

 

 

cedric-robert-livre.jpg

 

 

« Une poésie du basculement »

 

Pour consulter des extraits du livre : Cliquez ici

 

  
Du silence vers l'expression, de l'expression vers le silence...

« Le sens d’un poème, ce n’est pas que le sens des mots,
évidemment, c’est toute la mémoire qu’il transporte. »

Cédric Robert s'inscrit dans la lignée de ceux qui connurent un destin basculé. Ce qui était intérieur et caché est, par ce livre, devenu extérieur et manifesté. « Souvenirs Tenus » est le produit d'une confrontation à la vie et à la beauté au degré le plus haut que le poète puisse atteindre dans un élan de délivrance d'une asphyxie intérieure.

« Quand j'ai écrit ce livre, c'était le seul air qu'il me restait.
« Souvenirs Tenus » est donc un nouveau pas dans ma démarche car il parle de moi et uniquement. Un jour tout a basculé. Tous ces événements m'ont plongé de l'autre côté de moi-même et j'ai décidé d'en faire une expression. J'ai essayé de faire un livre de lumière. J'aime écrire, lire, créer ; c'est pour moi une urgence, une obligation faite de fulgurances, de souffrances et de joies. J'aime les crevasses, les mauvaises herbes qui poussent, les âmes brutes, les âmes qui s'écoutent, les pertes et les joies des êtres mis à nus.»

Le poète se sent proche de Marina Ivanovna Tsvetaïeva,
poétesse russe (1892-1941). « Il n'a pas retenti de voix
plus passionnée que la sienne. » (Joseph Brodsky)

Pour Cédric Robert, Marina Ivanovna Tsvetaïeva « est la vie dans son état brut et la beauté dénudée Une poétesse qui n'a pas peur d'aimer, mais peur d'être aimée. Je lui dirais que je comprends cela, que je comprends ses souffrances et ses sentiments et que je sais que malgré le rejet, elle a en elle un trésor rare dans ce monde. »

Le poète écrit à Marina : « Je t'ai lue, Je te vis. Ces mots ne te parviendront pas, mais je sais que tu les aurais aimés. Personne ne peut exiger d'oublier. Tu crois tellement le monde comme la possibilité d'un ailleurs de ce qui a été vécu. Est-ce possible ? Que penses-tu de celui qui n'est pas reconnu en son pays ? »

L'expression « poésie du basculement » est évoquée à propos des poèmes d’Alexandre Blok, d’Anna Akhmatova, de Vladimir Maïakovski et d’Ossip Mandelstam. Des poèmes écrits autour de 1914, ou qui évoquent la guerre :


« Je voudrais faire entendre les échos des uns aux autres, cette grande conversation, par delà les différences, voire les antagonismes – donner à ressentir la conscience qu’ils ont de vivre un moment de rupture définitive. Je voudrais donner non seulement une idée aussi précise que possible du sens, mais de faire entendre la langue, et de parler des connotations, du rythme, de la sonorité parce que le sens d’un poème, ce n’est pas que le sens des mots, évidemment – c’est toute la mémoire qu’il transporte. » *

Cédric Robert, à propos de son statut d'artiste nous confie :
« Je suis issu du monde du cinéma et du documentaire, mais je me suis toujours perçu du monde de l'art. Si le cinéma m'a convaincu, c'est dans un premier temps parce qu' il m'a permis d'aller à la rencontre des gens, réellement, sincèrement, notamment à travers le documentaire.»

Par-delà le temps, et par un effort continu dans son travail, Cédric Robert nous entraîne avec lui dans ce questionnement sur nous-mêmes, sur la vie, le rapport à l'autre, la beauté d'être. L'art étant le moyen mis au service de tous pour la délivrance de nos propres asphyxies.

Le cinéaste, auteur, poète contribue ainsi par son engagement total sur le front de l'art à combattre toutes les nocivités qui entravent nos respirations. Le basculement se situe là, en une transformation de soi qui réapprend à voir l'autre dans sa richesse entière et non à travers une pensée captatrice de son image.

À travers « Souvenirs Tenus », la vie et la poésie se confondent dans un élan de libération, un combat intérieur, un basculement progressif de soi vers cette vérité de soi que seuls peuvent distinguer ceux qui nous
aiment pour ce que nous sommes.

Un livre de lumière.

Calo Brooklyn

* « La poésie du basculement », quatre poètes russes en 14.
Traduction par André Markowicz

 

 

Pour obtenir l'ouvrage :

 

Ecrire à : bigart@anaproductions.com pour toutes informations.

Lien sécurisé Francerégion.fr : Cliquez ici

 
Éditions du Pont de l’Europe
format A5, 160 pages, papier bouffant 90g,
10 euros + frais postaux 3,30 pour la France.

 

 

Critique littéraire :

 

nicolas-saez-cedric-robert.jpg

Partager cet article

Published by Cabinet.psy70-Luxeuil.fr - dans Dossier Ouvrages et filmographies

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes