28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:59

- Deux excellents programmes de l'émission Les pieds sur terre, sur France Culture- 

 

France-Culture-copie-1       

Quand les directives de la hiérarchie vont à l'encontre des droits et principes fondamentaux de la république, faut-il se soumettre ou s'indigner... au nom du bien commun ?

 

 

Les désobéissants du service public:

Cliquez sur le lien suivant 

 


http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10078-24.05.2011-ITEMA_20287196-0.mp3

 

 

Agents Pôle Emploi, gardes forestier, agents ERDF, professeurs des écoles, agents territoriaux... Aujourd'hui ils ne reconnaissent plus les valeurs pour lesquelles ils ont choisi d'exercer leur métier. Dans l'ombre ou publiquement, ils préfèrent désobéir plutôt que démissionner.

 

Reportage : Pauline Maucort

Réalisation : Julie Beressi

 

 

Désobéir en psychiatrie:

Cliquez sur le lien suivant

     

 

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10078-25.05.2011-ITEMA_20287417-0.mp3

  

  

Les règles sont édictées pour le bien commun, mais ils les contournent au nom de ce même bien commun. Deux jeunes psychiatres nous donnent leurs interprétations de ces contradictions, et révèlent quelques unes de leurs techniques de survie en milieu psychiatrique.

 

Reportage : Pauline Maucort

Réalisation : Nicolas Berger

 


Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Actualité-sociologie
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:38

"Pharmacien : une profession protégée ? Plus tant que cela! Aujourd’hui, une pharmacie sur deux est dans le rouge, et ce sont surtout les petites officines qui sont menacées."

 

 

-Cliquez sur le logo LCP pour consulter la vidéo de l'émission:

 

Etat de santC-9b8cf

 

Un exemple alarmant de la situation en Midi-Pyrénées:

  

En 2011, un quart des pharmacies sont menacées de faillite. En Midi-Pyrénées, douze officines ont déjà tiré leur rideau l'an dernier et l'Ordre s'inquiète de leur santé économique.

 

De mémoire de pharmacien, on n'avait jamais vu ça. L'an dernier en Midi-Pyrénées, douze officines ont tiré leur rideau définitivement. Le nombre de liquidations judiciaires explose chez ces professionnels de la santé confrontés à une situation économique qui se détériore plus vite que jamais. Et l'avenir ne va pas s'arranger puisque la sérieuse Coface, société spécialisée dans l'information économique, a même estimé qu'en 2011 un quart des pharmacies seraient menacées de faillite.

    

L'an dernier 167 pharmacies ont fermé au plan national et le troisième département le plus touché de France est la Haute-Garonne. écrasées sous le poids de la dette qui a explosé (+104,5%), leurs comptes ont viré au rouge contraignant les pharmaciens à déposer le bilan. Des fermetures qui inquiètent les élus locaux. « Ils sont nombreux à nous demander de l'aide pour enrayer ce phénomène » assure le Gersois Michel Laspougeas, président du Conseil régional de l'ordre des pharmaciens Midi-Pyrénées (lire interview).

 

- Un plan d'urgence pour sauver les officines !

 

Face à cette hécatombe, les pharmaciens réclament un plan d'urgence. Plus contraignant que celui des médecins leur statut ne permet pas aux docteurs en pharmacie de s'installer où ils veulent. Ainsi quand un cabinet médical ferme et se retrouve sans repreneur surtout en milieu rural, le pharmacien perd le prescripteur de sa zone. Le chiffre d'affaires plonge alors inévitablement alors que les charges (loyer, salaires, emprunts…) se maintiennent. « à Toulouse, si les pharmacies ont fermé c'est parce qu'elles n'ont pas été soutenues par les banques. En milieu rural, quand le pharmacien ferme c'est le lien social qui est détruit car il va souvent bien au-delà de la simple mission médicale » assure Jean-Jacques Mirassou, sénateur PS de la Haute-Garonne.

 

Le Conseil de l'ordre pointe du doigt les déremboursements qui se multiplient, la concurrence des parapharmacies… à cela s'est ajoutée ces dernières années, la flambée du prix des fonds de commerce. Les pharmaciens qui s'installaient ont dû s'endetter au-delà du raisonnable pour posséder leur officine et croulent sous les traites. L'Ordre tente de faire entendre sa voie à l'Assemblée nationale pour sauver la profession.

 

L'enjeu est de taille puisque rien qu'en Midi-Pyrénées on dénombre 1 495 pharmacies qui font vivre 2 500 pharmaciens (titulaires et associés) qui emploient 8 000 préparateurs.

 


"Revaloriser le pharmacien"  

  

à bientôt 32 ans, voilà quatre ans que Damien Ghedin a repris la pharmacie familiale à Labastide Saint-Sernin, un petit village de 2000 habitants à une vingtaine de kilomètres au nord de Toulouse. Et depuis l'an dernier les premiers signes de ralentissement se sont faits sentir. « Pour la première fois au dernier trimestre 2010, l'activité de la pharmacie a stagné. Cela n'était jamais arrivé ! » constate le pharmacien de village qui était habitué jusque-là à voir l'activité progresser. « Et encore en milieu rural, je ne me plains pas. Mes confrères du centre ville de Toulouse, eux, enregistrent souvent des baisses de chiffre d'affaires » assure-t-il.

En cause, plusieurs facteurs dont la marge sur les médicaments vignetés qui, sous la pression de la Sécurité sociale, diminue.

 

Les déremboursements dont la liste s'allonge d'année en année contribuent aussi à la baisse de l'activité de l'activité médicament. « Dans un souci d'économies, la Sécurité sociale demande aussi aux médecins de moins prescrire… » soupire Damien Ghedin. Mais loin de se lamenter, le jeune pharmacien a des idées pour en sortir par le haut et regarde la pratique de son métier à l'étranger. « Les pharmaciens doivent s'orienter vers une rémunération au service comme prendre la tension, participer à des opérations de dépistage, adapter la posologie après des analyses de biologie ou avoir la possibilité de prescrire comme cela se fait au Québec ou au Royaume-Uni.

 

Après les médecins, nous sommes les professionnels de santé les plus diplômés, on devrait plus faire appel à nous. Car il y a déjà des déserts médicaux mais si ça continue il y aura ni médecins ni pharmacies ! » assure le pharmacien. Sans compter que les officines sont aussi des employeurs : celle de Labastide Saint-Sernin emploie neuf personnes dont cinq préparateurs, une PME à elle toute seule !

  


"La peur du désert médical"

  

Pourquoi les pharmacies sont-elles en difficulté financière ?

Michel Laspougeas, président du Conseil régional de l'orde des pharmaciens. Les raisons sont multiples mais la principale tient à la baisse des ventes. Le chiffre d'affaires des officines ne cesse de diminuer. Les économies imposées par la Caisse primaire d'assurance maladie ont atteint un stade au-delà duquel on ne peut pas aller sans affecter l'équilibre économique des pharmacies. Les médecins sont appelés à moins prescrire alors que les déremboursement contribuent également à l'attrition de l'activité.

Le milieu rural est-il aussi touché ?

 

La situation est souvent moins grave dans les campagnes car les charges sont moins élevées et la clientèle plus fidèle. En revanche, nous faisons fasse au désert médical croissant qui se traduit par des départs de médecin en retraite non remplacés. à terme, l'activité des pharmacies s'en trouvera affectée.

   

Comment inverser la tendance ?

  

La nouvelle loi Hôpital Santé Territoire donne de nouvelles prérogatives aux pharmaciens dans les actions de prévention médicale par exemple ou d'hospitalisation à domicile. Nous nous dirigeons vers une prestation à l'acte. Ce sera une bulle d'oxygène pour les pharmaciens.

 


Le chiffre : 25 %

 

des pharmacies > Menacées par la faillite en 2011. C'est la statistique publiée par Coface Service qui relève un « fort risque » de faillite d'un quart des officines en France. La Haute-Garonne est le troisième département le plus touché de France.

 

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Vie publique et économique
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 11:13
"Hugues Paris et Hubert Stoecklin trouvent la clé de la mélancolie de l’adolescence de Dark Vador, un enfant privé d’enfance par une sommation à être adulte avant l’heure. D’où les symptômes de l’hyperactivité, de la peur du vide... porte ouverte vers la violence ! "

 

 

Dark Vador sur le divan du psychanalyste en adolescent mélancolique qui bascule du « côté obscur de la force », l’idée n’a rien d’incongru si l’on se souvient que l’auteur de la série de films de science-fiction qu’on peut dire « mythique », Georges Lucas a lui-même pensé son œuvre comme un conte de fées moderne avec ses épisodes terrifiants, qu’il s’est inspiré des travaux de l’anthropologue Joseph Campbell sur la mythologie pour construire ses personnages comme des « archétypes » et qu’il a conçu toute la Trilogie, articulée autour de son « climax », la découverte dans l’épisode V de la paternité de Dark Vador, comme une version revisitée du mythe d’Œdipe. Freud lui-même estimait que la littérature était un gisement largement inexploré par la psychanalyse et il affirmait, dans son livre sur « Le délire et les rêves dans la Gradiva de Jensen » qu’il fallait placer bien haut le témoignage des écrivains « car ils connaissent d’ordinaire une foule de choses entre le ciel et la terre dont notre sagesse d’école n’a pas encore la moindre idée. Ils nous devancent de beaucoup, (…) notamment en matière de psychologie ». L’entreprise est donc à la fois éclairante pour l’analyse de l’œuvre cinématographique, mais aussi pour ce que peuvent y trouver à l’état de représentations en partie inconscientes, les très nombreux adolescents qui se sont reconnus ou projetés en elle.

 

La suite inversée des six films, pour les spectateurs qui les ont vus dans l’ordre de leur sortie sur les écrans, la Trilogie d’abord puis la Prélogie qui remonte à l’enfance de Dark Vador et où l’on apprend que le plus célèbre méchant du cinéma était « le garçon le plus gentil de toute la galaxie », cet ordre inversé invite à la démarche introspective et accentue la dynamique de « passage » qui caractérise cet âge de l’adolescence et que le réalisateur avait déjà exploré dans son premier film, « American Graffiti ». Visiblement, il était conscient de l’effet produit par cette inversion et cette remontée dans le temps, et des possibilités narratives qu’elle ouvrait, puisqu’il déclarait : « J'ai pris beaucoup de plaisir à renverser la trajectoire des films à l'origine. Si vous les visionnez dans l'ordre de leur parution, IV, V, VI, I, II, III, vous obtenez un certain film. Si vous les visionnez en partant du I jusqu'au VI, le résultat est complètement différent. Une ou deux générations les ont vus d'une certaine manière, qui sera complètement différente pour les prochaines. C'est une façon de faire du cinéma extrêmement moderne, presque interactive. Vous prenez des cubes, vous les agencez différemment, et vous obtenez des états émotionnels différents. »

 

Pour le spectateur « historique », celui qui est entré dans la saga par la Trilogie, l’effet produit par la révélation de Dark Vador, monstre à l’allure de chevalier de l’apocalypse, à son fils Luke en situation de combat singulier avec lui était saisissant et la surprise totale. Pour la ménager au mieux, le réalisateur avait caché à l’équipe le contenu de la célèbre réplique : « Luke, je suis ton père » et seul le comédien concerné la connaissait. Les auteurs comparent cette découverte renversante à celle que fit Freud au seuil du XXème siècle lorsqu’il tomba, en analysant ses propres rêves, sur son désir de mort et d’inceste. « De cette découverte stupéfiante – disent-ils – émergent le désir de connaissance, la plongée généalogique, celle qui appelle la Prélogie : d’où vient le Père ? D’où vient le mal ? » Et ils confessent que ces angoissantes questions, ils se les sont posées vingt durant en attendant la sortie de la rétrospective Prélogie alors qu’ils étaient eux-mêmes devenus pères entre-temps. Un entre-temps mythique pour les épreuves initiatiques qui conduisent un père à naître à sa fonction symbolique.

 

La réponse à ces questions sur l’incarnation du mal dans la personne de Dark Vador est venue de Lacan : « A mère sainte, fils pervers » énonce-t-il dans le tome III du Séminaire paru sous le titre « Les psychoses ». En analysant la scène de la séparation du jeune Anakin Skywalker d’avec sa mère et les relations antérieures avec elle, Hugues Paris et Hubert Stoecklin y trouvent la clé de la mélancolie de l’adolescent que fut Dark Vador, un enfant privé d’enfance par une sommation à être adulte avant l’heure. Sa mère, une femme d’une grande dignité ayant été réduite en esclavage, ne décide de rien, subit son état dans une sorte de brouillard dépressif. Les mères en situation d’exil ou d’isolement social ont souvent ce type d’attitude. Du coup l’enfant se trouve en demeure de devoir prendre en charge sa mère impuissante et de faire preuve d’un sens précoce de ses responsabilités à l’égard d'une maman dépressive. Une vigilance constante, excessive, anxieuse où pointe la peur de l’abandon et qui est un symptôme fréquent chez les enfants dans des circonstances identiques. D’où l’autre symptôme, celui de l’hyperactivité, de la peur du vide et du « rien-faire » qui chez d’autres serait le prélude à la rêverie. Et à l’égard d’une mère aimée, la haine est impossible. Tout cela conduit fatalement au retournement dans la violence qui caractérise l’attitude de Dark Vador à l’âge adulte. Jusqu’à cette confrontation rédemptrice et fatale avec le fils, où se renoue le fil rompu d’une lignée.

 

Jacques Munier pour France Culture.fr

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Ouvrages et filmographies
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 11:25

- Ces cinq conférences ont été données du 30 septembre au 4 octobre 1935 à la Tavisock Clinic de Londres -

   

9782226208903-j.jpg  

Deux sujets principaux

  • Les concepts qui définissent la structure et les contenus de la vie inconsciente.
  • Les méthodes utilisées dans l'investigation des contenus provenant des processus psychiques inconscients.

Le deuxième sujet se subdivise en 3 parties :

  • La méthode de l'association des mots
  • L'analyse des rêves
  • L'imagination active

Conscience et inconscient

Jung rappelle ce qu'est la psychologie :
"La psychologie est avant tout une science de la conscience. En second lieu, c'est la science des productions de ce que nous nommons la psyché inconsciente. Nous n'avons pas les moyens d'explorer directement la psyché inconsciente du fait que l'inconscient est précisément inconscient, ce qui fait que nous ne pouvons pas communiquer avec lui."

Quelques lignes plus loin : "Quoi que nous puissions dire sur l'inconscient, c'est notre esprit conscient qui le dit. La psyché inconsciente, qui est de nature totalement inconnue, ne peut jamais s'exprimer que grâce à la conscience et dans son langage. Il est impossible de faire autrement. C'est insurmontable et il nous faut donc garder cela présent à l'esprit comme une ultime réserve à notre jugement." 

 

Les quatre fonctions

Jung revient longuement sur les types psychologiques et en particulier sur les quatre fonctions : "La sensation nous dit qu'une chose est, la pensée ce que c'est, le sentiment la valeur qu'elle a pour nous." L''intuition s'ajoute à ces fonctions, Jung précise : "On pourrait croire que notre vision du monde est complète quand nous savons qu'une chose est là, ce qu'elle est, et quelle valeur elle a. Pourtant il nous manque encore une dimension : c'est le temps. Les choses ont un passé et un futur ; elles viennent de quelque part et vont quelque part. De cette réalité nous ne pouvons pas avoir une connaissance claire, mais nous en avons l'intuition."

Il est bien difficile de décrire l'intuition. "Tout ce que je peux dire, c'est que l'intuition est une sorte de perception qui ne passe pas vraiment par les sens mais par l'inconscient, et là je m'arrête, parce que je ne sais pas comment ça marche" nous dit Jung.

  

Autour du rêve

De nombreux rêves sont exposés, ils donnent l'occasion à Jung de préciser son approche. "J'appréhende le rêve comme s'il s'agissait d'un texte que je ne comprends pas bien, disons un texte latin, grec ou sanskrit, où certains mots me sont inconnus, ou dont le texte est fragmentaire. J'ai alors tout simplement recours à la méthode courante qu'un philologue appliquerait dans un tel cas. Mon idée est que le rêve ne cache rien ; simplement nous ne comprenons pas son langage."

Il établit un lien entre la complexité d'un individu et ses rêves. "J'ai remarqué que les rêves sont aussi simples, ou aussi compliqués, que l'individu lui-même, et qu'ils sont seulement légèrement en avance sur la conscience du rêveur." Il ajoute "Les rêves sont la réaction naturelle de l'autorégulation de notre système psychique. [...] Ils sont aussi multiples et imprévisibles que les réactions diverses et variées d'une personne au cours d'une journée."

 

A propos de la psychothérapie

A propos du métier de psychothérapeute, Jung indique : "La psychothérapie est un métier et je le pratique à ma manière - une manière toute simple, en faisant ce que je considère devoir faire, sans rien chercher d'extraordinaire à montrer. Je n'ai jamais cru un instant avoir absolument raison. En psychologie, personne n'a totalement raison. Il ne faut jamais oublier que les moyens par lesquels on juge et on observe la psyché, sont la psyché elle-même."

Quelques pages plus loin "J'essaie évidemment de faire de mon mieux pour mes patients, mais en psychologie, il est très important que le médecin ne s'efforce pas à tout prix de guérir. On doit être extrêmement vigilant à n'imposer au patient ni sa propre volonté ni ses convictions personnelles. Il faut lui laisser un certain degré de liberté. On ne peut arracher de force les gens à leur destin ..."

 

Question sur la perfection

L'un des participants questionne Jung au sujet de la perfection. "Courir après la perfection relève d'un idéal élevé. Personnellement, je préfère dire : « Réalise ce que tu peux réaliser plutôt que de courir après l'impossible. » Nul n'est parfait. [...] La seule chose que nous puissions vraiment faire est de lutter pour parvenir à un certain accomplissement de soi et devenir des êtres aussi complets que possible ; c'est déjà suffisamment compliqué."

 

Le transfert ni nécessaire, ni obligatoire

Le transfert occupe une large place dans la relation psychothérapeutique mais il n'est ni nécessaire, ni obligatoire. "Un transfert est toujours un obstacle ; ce n'est jamais un avantage. On guérit malgré le transfert, pas grâce à lui. [...] Certains confrères, je regrette d'avoir à le dire, travaillent pour qu'il y ait un transfert, car, je ne sais pourquoi, ils sont convaincus que le transfert est utile et même nécessaire au traitement. Par conséquent les patients doivent faire un transfert. Évidement c'est une idée totalement fausse."

Quelques lignes plus loin "Transfert ou pas transfert, cela n'a rien à voir avec la guérison. Ces projections sont simplement dues à un état psychique particulier, et, de même qu'on fait disparaître les projections en les rendant conscientes, on doit également faire disparaître le transfert en le mettant à jour lui aussi. S'il n'y a pas de transfert tant mieux. On obtient le matériel de la même façon. Ce n'est pas ce mécanisme qui permet au patient de faire sortir le matériel ; on obtient des rêves tout ce dont on a besoin pour travailler. Les rêves apportent ce qui est nécessaire."

 

Les religions, systèmes psychothérapeutiques

Jung compare les religions avec la psychothérapie. "Et que sont les religions ? Ce sont des systèmes psychothérapeutiques. Que faisons-nous, nous autres psychothérapeutes ? Nous essayons de soigner la souffrance de l'esprit humain, de la psyché humaine ou de son âme. Or les religions s'occupent de la même chose."

Ce livre est très riche, de lecture facile, il regroupe une foule d'éléments, d'exemples, le tout relié aux principaux concepts de la psychologie analytique. A l'issue des conférences Jung répond aux nombreuses questions des participants.

 

Traduit de l'anglais par Cyrille Bonamy et Viviane Thibaudier éditions Albin Michel, 255 pages.
Première parution de l'ouvrage en français : mai 2011- Source: cgjung.net

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Ouvrages et filmographies
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:36

"En voyant mourir mon pays, je sens que je l'aimais".

Excellent texte de Pierre Jourde - Le blog du sous-sol

  

 culture.jpg

    

(..) Les médias se voudraient un contre-pouvoir. Ils ne cessent de se réclamer de leur liberté, de leur indépendance, vont jusqu'à se vouloir « rebelles ». Cette rébellion de façade dissimule un asservissement de fait, moins à la puissance politique qu'au véritable pouvoir, celui des banques. Au-delà, c'est à la pensée dominante que les esprits journalistiques se montrent, malgré quelques talentueuses exceptions, majoritairement asservis. Bien rares sont les esprits libres, qui ne donnent pas dans le panurgisme, le cliché, l'émotionnel, le sensationnel, la reproduction d'idées toutes faites et de ce qui traîne dans les autres médias, sans parler d'un langage de plus en plus formaté. Ce n'est pas dans les journaux, toutes tendances politiques confondues, encore moins à la télévision ou à la radio que nous pouvons essayer de saisir un peu de réel. Par le langage employé, par la démarche qui consiste à donner au public ce que l'on suppose qu'il demande, c'est-à-dire du simpliste et du spectaculaire, il est désormais clair que les médias nous prennent pour des ignorants, et, finalement, à force de formater les esprits, fabriquent une société d'ignorants (notamment en réifiant et en nivelant la culture vers le bas).
 
 
Dans le grand public s'est en outre répandue l'idée qu'il fallait tout respecter, les oeuvres, les artistes, les religions, les choix culturels, etc. Seul le personnel politique fait encore exception. On le brocarde allègrement, cela donne l'illusion de la liberté. Reste qu'au nom de ce respect universel, toute démarche critique est considérée avec suspicion ! Le pays de l'ironie, de la satire, de l'esprit frondeur tend à devenir le royaume des gens béatement dociles. Le principal résultat de cette attitude mentale, scrupuleusement reproduite par les médias, en particulier les médias culturels, consiste à abandonner tout l'espace de la parole à ceux qui exercent une position dominante, globalement ou dans leur cercle social, culturel ou communautaire : financiers, maître du prêt-à-penser, potentats littéraires, petits tyrans religieux. Lorsque le débat déserte l'aire culturelle, la pensée n'avance plus, mais les marchands de la bêtise se lavent les mains.
  
 
Or, nous sommes en guerre. Une guerre menée par ceux qui font de l'argent avec l'abrutissement de leurs concitoyens... menée par ceux qui ont décidé, par idéologie, que l'école ne devait plus transmettre de savoir, que les conservatoires (hauts symboles de notre patrimoine culturel) devenaient inutiles... Bref, par ceux-là même qui considèrent la culture comme une dépense futile.
  
"Un pays sans culture est un pays mort, dépourvu d'âme".
  
Il ne lui reste que l'argent comme valeur, mais c'est un marché de dupes, l'argent va toujours aux mêmes. Nous pensions que les biens comptaient plus que l'esprit. Bientôt, nous serons avilis et dégradés, et par-dessus le marché nous serons pauvres. Gagnant-gagnant, comme on dit en novlangue. Dans une telle guerre, il n'est plus question d'être bien gentil, bien correct, bien respectueux de tout le monde. Quitte à se faire haïr, il faut lutter, par tous les moyens, contre cette nouvelle tyrannie de l'abrutissement, surtout quand elle prend le masque de la vertu, de la surabondance, de la générosité, de la « démocratisation ». (…)
  
 
Les décisions désastreuses des pouvoirs publics rencontrent malheureusement l'assentiment d'une partie de l'opinion, qui ne voit pas l'intérêt de soutenir les intellectuels, les artistes et les écrivains... mais aussi l'assentiment de certains idéologues, pour qui la « culture bourgeoise » n'est qu'une marque de distinction sociale à éliminer, ainsi que d'organisations communautaires dévoyées, comme le Conseil représentatif des associations noires, soutenues par une Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, qui pervertissent leur mission en considérant la culture comme un instrument de discrimination au lieu d'y voir un moyen d'émancipation. (…)
    
 
Pierre Jourde, C'est la culture qu'on assassine.

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Pédagogie-éducation
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 16:29

- Quand des femmes se retrouvent entre elles, de quoi parlent-elles ?

 

2253155519.01.LZZZZZZZ.jpg   

N'en déplaisent à ces messieurs, de leurs mères. C'est ce que soutiennent Caroline Eliacheff et Nathalie Heinich dans leur ouvrage consacré à la relation mères-filles. Les figures de la mère sont nombreuses et variées : mère jalouse, mère supérieure, mère immature, mère confidente, mère marieuse...

 

Chaque grand événement de la vie appelle son lot de regards et de postures maternelles que le cinéma, la littérature et les contes populaires ont bien souvent immortalisés.


Le choix méthodologique de la psychanalyste et de la sociologue, qui conjuguent ici leurs compétences, est de s'appuyer sur la manière dont la culture populaire représente spontanément et décline à l'envi les relations entre mères et filles. Délibérément éclectiques, les auteurs se réfèrent aussi bien à l'incontournable Françoise Dolto qu'à Colette ou Virginia Woolf, en passant par Pedro Almodovar.

 

"Mère-filles : une relation à trois" met indéniablement en appétit. Mais si les femmes ne se lassent jamais de parler des mères qu'elles ont, qu'elles sont, qu'elles auraient aimé avoir, qu'elles seront peut-être, qu'elles ne seront jamais... il n'est pas moins vrai qu'elles aimeraient aussi s'expliquer ou mieux comprendre la nature des rapports difficiles qu'elles entretiennent avec la fonction maternelle.

 

Sur le même thème :

 

de Marie-Magdeleine Messana : Entre mère et fille : un ravage ; d'Aldo Naouri : Les filles et leurs mères.

  
Biographie de Caroline Eliacheff :
   
Psychanalyste et pédopsychiatre réputée, Caroline Eliacheff anime une chronique hebdomadaire sur France Culture. Mais c'est surtout à travers ses nombreux ouvrages qu'elle analyse et prodigue ses conseils sur les relations de l'enfant à la violence, le conflit parental, etc. Elle commence par publier en 1993 'A corps et à cris', puis, en collaboration avec ses confrères, elle écrit encore 'Les Indomptables', traitant de l'anorexie de personnages historiques.

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Ouvrages et filmographies
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 16:10

petit-traite.jpg

 

De Robert Vincent-Joule, professeur de psychologie sociale.

  

Sans doute vous arrive-t-il fréquemment de vouloir obtenir quelque chose d'autrui. Vous voulez que votre voisin s'occupe de votre chien pendant les vacances, que Solange vous accompagne à la Baule, que votre fils pratique votre sport favori, que votre femme réduise sa consommation de tabac, que vos employés prennent part à une formation, que vos amis viennent manifester avec vous contre l'implantation d'une centrale nucléaire, que vos clients essayent votre nouvelle savonnette, etc...

 

Comment vous y prenez-vous ? Vous pouvez exercer votre pouvoir mais encore faut-il que vous en ayez. Vous pouvez convaincre, mais encore faut-il que vous soyez doué pour la persuasion. Vous pouvez aussi manipuler et cela ne demande que l'apprentissage de certaines techniques. Ces techniques, on les connaît, elles font l'objet, depuis plusieurs décennies, d'importantes recherches. On en parle peu en France, probablement par pure pudibonderie, à moins que ce ne soit pour mieux les réserver aux manipulateurs professionnels.

Les auteurs ont pensé que les honnêtes gens devaient savoir, puisqu'ils sont peut-être de potentiels manipulateurs et à coup sûr de potentiels manipulés. Ils ont voulu que cet ouvrage aide à agir, à se défendre, à mieux comprendre.
«Comment amène-t-on autrui à faire ce qu'on voudrait le voir faire ? La solution se trouve dans cette introduction aux techniques de la manipulation...» Le Monde.

«Voici un petit ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains. Deux psycho-sociologues de talent y démontrent comment, dans la vie de tous les jours, nous sommes manipulés par les commerciaux ou la publicité. Idéal pour ne plus tomber dans le panneau... Mais aussi pour obtenir des autres ce que vous souhaitez...» Entreprise et carrières.

«Cinquante ans de recherches scientifiques, basées sur l'administration de la preuve, permettent aujourd'hui à qui veut influencer autrui de mettre un maximum de chances de son côté et à qui en a assez de se faire "manipuler" de mieux comprendre les ressorts psychologiques au moyen desquels il se fait piéger...» Réponse à Tout.

«A la lecture de ces techniques, vous découvrirez sans doute que vous faites déjà de la manipulation sans le savoir et pourrez ainsi améliorer et élargir vos expériences... Et le plus fort, c'est que ça marche aussi en amour. Essayez, vous verrez...» L'Echo des Savanes.
«Comprendre comment fonctionne un piège abscons, c'est déjà commencer à y échapper.» Actuel.


«Finalement, le titre est on ne peut plus exact. La manipulation est observée sous tous ses angles scientifiques, puis disséquée dans toutes ses utilisations pratiques... Tonique en tout cas.» Challenges.

«Un livre étonnant, utile, indispensable. Que se passera-t-il quand tous ces personnages familiers qui le traversent, chefs et subordonnés, parents et enfants, agences matrimoniales et âmes seules, psys et inquiets, marchands de n'importe quoi, et vous, et moi, connaîtront sur le bout des doigts cette "technologie comportementale" qu'il faudrait d'urgence inscrire au programme des écoles primaires, peut-être même avant le code de la route...» Annales des mines.

 

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Ouvrages et filmographies
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 09:16

Les animaux ont-ils une conscience ? Les machines peuvent-elles se montrer intelligentes ?

  

Cliquez sur le logo pour écouter la conférence:

   

France-Culture-copie-1    

Chaque nouvelle découverte des biologistes, chaque progrès technologique nous invite à reconsidérer ce qui fait le propre de l'homme. Si les animaux et les machines peuvent être comparés aux êtres humains de multiples manières, quelles sont réellement leurs capacités à apprendre, développer une conscience, ressentir douleur ou émotion, construire une culture ou une morale ? Attachement, sexualité, droit, hybridation... Quelles sont les relations complexes qui nous lient à nos alter-egos biologiques ou artificiels ? Les traits qui semblent aujourd'hui spécifiquement humains - l'imaginaire, l'âme ou le sens du temps - le resteront-ils combien de temps encore ?

 

Avec Georges Chapouthier, neurobiologiste et philosophe, directeur de recherche au CNRS et Frédéric Kaplan, chercheur à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, coauteurs de l'ouvrage "L'homme, l'animal et la machine" (CNRS Éditions).

Une rencontre animée par Daniel Fiévet, journaliste scientifique et reporter pour l'émission « La tête au carré » sur France Inter.

 

Enregistré le 5 mai 2011.

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Science
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 13:14

Juing-Charles.JPG

Carte d'étudiant de Jung à la faculté de Médecine de Paris en 1902, bizarrement établie au nom CHARLES JUING.

 

 

Le monde s'est déshumanisé...

 

« A mesure que la connaissance scientifique progressait, le monde s'est déshumanisé.

L'homme se sent isolé dans le cosmos, car il n'est plus engagé dans la nature et a perdu sa participation affective inconsciente, avec ses phénomènes. Et les phénomènes naturels ont lentement perdu leurs implications symboliques.

 

Le tonnerre n'est plus la voix irritée d'un dieu, ni l'éclair de son projectile vengeur. La rivière n'abrite plus d'esprits, l'arbre n'est plus le principe de vie d'un homme, et les cavernes ne sont pas habitées par des démons. Les pierres, les plantes, les animaux ne parlent plus à l'homme et l'homme ne s'adresse plus à eux en croyant qu'ils peuvent l'entendre. Son contact avec la nature a été rompu, et avec lui a disparu l'énergie affective profonde qu'engendraient ses relations symboliques. »

 

C.G. Jung " L'homme et ses symboles ", Robert Laffont, 1964 p 95.

 

 

----------------

   

1 « Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin.  »

 
2 « Nous nous rencontrons maintes et maintes fois sous mille déguisements sur les chemins de la vie.  »

 
3 « Et puis - qui donc de nos jours a la parfaite certitude de ne pas être névrosé ?  »

 
4 « Il est assez stérile d'étiqueter les gens et de les presser dans des catégories.  »

  
5 « La masse, comme telle, est toujours anonyme et irresponsable.  »

 
6 « Seuls les psychologues inventent des mots pour les choses qui n'existent pas !  »

 
7 « En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent de ce que nous croyons être.  »

  
8 « Soyez ce que vous avez toujours été.  »

   
9 « L'homme mérite qu'il se soucie de lui-même car il porte dans son âme les germes de son devenir.  »

 
10 « La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur.  »

 
11 « La croissance de la personnalité se fait à partir de l'inconscient.  »

 
12 « Dieu est le symbole des symboles !  »

 
13 « Rien n’influence plus un individu que son environnement psychologique et particulièrement, dans le cas des enfants, la vie que leurs parents auraient souhaitée avoir.  »

 
14 « Il ne s'agit pas d'atteindre la perfection, mais la totalité.  »

 
15 « L’homme doit être lui-même afin qu’il soit mieux le serviteur de tous.  »

 
16 « Apprenez vos théories aussi bien que vous le pouvez, puis mettez-les de côté quand vous entrez en contact avec le vivant miracle de l'âme humaine.  »

 
17 « Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement.  »

 

----------------

  
Domination de la nature

  

« Notre intellect a créé un nouveau monde fondé sur la domination de la nature, et l'a peuplé de machines monstrueuses. Ces machines sont si indubitablement utiles que nous ne voyons pas la possibilité de nous en débarrasser, ni d'échapper à la sujétion qu'elles nous imposent.

 

L'homme ne peut s'empêcher de suivre les sollicitations aventureuses de son esprit scientifique et inventif, et de se féliciter pour l'ampleur de ses conquêtes. Cependant, son génie montre une tendance inquiétante à inventer des choses de plus en plus dangereuses qui constituent des instruments toujours plus efficaces de suicide collectif. »

 

C.G. Jung " L'homme et ses symboles ", Robert Laffont, 1964 p 101.

 

  
de Carl Gustav Jung

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Psychologie
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 11:35

Vidéo du discours à l'ONU sur l'environnement - Une jeune fille de 12 ans appelle à une prise de conscience devant les dirigeants du monde, en vain...

En 1992, un groupe de jeunes fondent l’organisme ECO pour “Environmental Children’s Organization”. Invité à s’exprimer devant les Nations Unis, une jeune fille de 12ans, Severn Cullis-Suzuki, rend un témoignage poignant de la situation humanitaire et écologique du monde de l’époque. C’était il y a 19 ans et pourtant ce discours est toujours d’actualité aujourd’hui.

 

La situation s'est aggravée depuis... ce qui démontre combien l'inertie peut altérer notre psyché au profit d'un besoin impérieux de sécurité et de statisme.

  

 

La vidéo a été uploadée le 6 juin dernier ce qui explique sa réapparition sur la scène médiatique."

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Psychologie

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes