14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 15:45

Elles ont la trentaine et ont été élevées sous l’œil attendri de pères présents et aimants, imprégnés des conseils – pas toujours bien compris – de Françoise Dolto. Qu’est-ce que cela a changé dans leur image d’elles-mêmes et dans leur rapport avec les hommes ?

 

perefille.png

 

Les parents des années 1970, imprégnés des idées de Dolto, ont tout changé. Fini l’autorité et les punitions. Il faut aider les enfants à s’épanouir en tant que personnes, leur permettre de devenir des êtres libres. Pour les filles et leurs pères, le saut est d’importance. Du côté des hommes, il s’agit d’un renoncement aux vieux schémas masculins de pouvoir et de toute-puissance sur leur progéniture et sur leur compagne. Quant aux filles, elles vont connaître pour la première fois une relation de soutien et d’investissement de la part du père que, jusqu’alors, seuls les garçons connaissaient.

 

Pascal, 65 ans, père de Rose, 36 ans, et d’Adèle, 28 ans, se souvient : « Ma femme et moi étions d’accord sur l’importance du partage de la prise en charge de nos filles. Nous avions lu Françoise Dolto, mais aussi Elena Belotti (auteure de Du côté des petites filles, Éditions des Femmes-Antoinette Fouque, 2009) et Bruno Bettelheim (auteur de Pour être des parents acceptables, Pocket, “Évolution”, 2007). Je voulais que mes filles soient épanouies et indépendantes, pas comme nos mères à nous. » Pascal devient donc l’un de ceux que l’on appelait alors les « nouveaux pères », ceux qui changeaient les couches et donnaient le biberon. Ils intègrent l’idée que leurs filles doivent réussir comme les garçons, être libres comme eux. En deux décennies, ils deviennent des pères nouveaux, de ceux qui ont donné confi ance à la nouvelle génération.

 

Des femmes qui n’ont peur de rien

 

Elles en témoignent toutes : ce père soutenant leur a permis d’avancer sans douter de leurs capacités ni de leur légitimité à le faire. « Jamais je n’ai senti le moindre doute de la part du mien à mon sujet, raconte Fanny, 32 ans, chef de publicité dans une entreprise multimédia. Je crois même qu’il m’a donné plus de force que ma mère. » Pas surprenant pour Alain Braconnier, psychiatre et psychanalyste et auteur de nombreux ouvrages sur les relations parents-enfants : « Le regard du père sur sa fille est d’une importance fondamentale. C’est lui qui lui permet de devenir une femme. Il autorise ou interdit. En se laissant aller à leur montrer leur affection, en les encourageant, ceux des années Dolto leur ont permis d’avoir une identification au père, c’est-à-dire à la vie professionnelle, à la vie sociale, puisque c’est traditionnellement dans cette sphère que s’exprimait la masculinité. » « Élevées dans ce contexte, les filles sont très différentes de leurs grands-mères », confirme Myriam Szejer, psychiatre et psychanalyste, disciple de Françoise Dolto, qui note au passage : « Elles n’ont peur de rien. »

 

Frédéric, 70 ans, lui aussi lecteur de Dolto et du pédiatre américain Benjamin Spock, auteur du best-seller Comment soigner et éduquer son enfant (Belfond, 1989), en témoigne : « Mes filles sont plus épanouies que les femmes des générations précédentes. J’ai toujours cru en elles. Je pense que cela les a vraiment aidées à s’épanouir, même si elles me demandaient mon avis. »

 

Ces jeunes femmes-là n’ont pas besoin de demander d’autorisation, puisqu’elles l’ont reçue toute petite. « Cela leur a apporté un formidable moteur, y compris dans leur sexualité », analyse Alain Braconnier. « Depuis la fin des années 1980, on a vu les inhibitions se lever, l’expression de la féminité et du désir se libérer. Ces filles ne sont pas sous l’emprise de leur père. » Laura, 40 ans, professeure, se remémore son adolescence : « J’ai eu des tonnes de petits copains, je les amenais à la maison et cela ne perturbait pas mes parents. Mon père rigolait. Il n’en parlait pas, mais je sentais bien qu’il était assez fier de moi. »

 

Des femmes plus oedipiennes

 

Bien sûr, il y a une face plus sombre à ce tableau : lorsque l’on a un papa qui vous idéalise et vous soutient, il y a un prix à payer. Avec un père qui devient « maternel », la place de la mère est remise en question et les relations mère-fille en deviennent plus compliquées. Les histoires amoureuses des filles aussi. Si le père devient l’homme idéal, alors les autres garçons vont avoir bien du mal à retenir l’amour et l’attention des belles.

 

Fanny avoue avoir mis du temps à quitter « papa » – « Je suis partie de la maison à 28 ans » – et à accorder à son homme l’attention et l’amour mérités : « C’est un peu caricatural, mais à chaque fois que je rencontrais un garçon, je le comparais à mon père. Pendant longtemps, aucun ne le valait. » C’est une difficulté que beaucoup reconnaissent. Et que Myriam Szejer veut signaler, car sous les pères nouveaux traîne toujours en embuscade ce bon vieil Œdipe… « Ces hommes-là ont vu les garde-fous s’effondrer, observe-t-elle. Ils ont connu le bonheur charnel de s’occuper de leurs enfants, ils ont instauré une proximité avec les filles jusque-là réservée aux mères. Certains, et j’en vois dans mon cabinet, allant jusqu’à se mêler du look de la leur, à recueillir ses confidences. Dolto a été mal comprise de ce point de vue-là. Sa réflexion sur l’enfant individu n’était pas une permission d’envoyer balader l’interdit de l’inceste, au contraire, elle a toujours rappelé ce principe fondamental et insisté sur le respect de la pudeur. »

 

Un rappel d’ autant plus difficile que ces hommes se sentent de bons pères ! Comme Bertrand, 50 ans, très attentif aux besoins d’Elsa, qu’il élève seul une semaine sur deux. Mais qui n’a pas hésité à lui offrir, pour ses 13 ans, une paire de stilettos de dix centimètres. « Elle en avait tellement envie ! » se justifie-t-il, confondant ainsi son désir et celui de sa fille.

 

« En thérapie, j’ai des jeunes femmes en dépression massive, reprend Myriam Szejer. Portées aux nues par ces pères nouveaux, elles se sont heurtées violemment à la société qui, elle, n’a pas encore vraiment changé. Quand les enfants arrivent, la dure réalité de la carrière qui se gèle et du conjoint, qui parfois se défile, les rattrape. C’est très dur. Elles ont l’impression d’avoir été trompées ! »

Les filles seraient-elles condamnées à demeurer soit des femmes élevées pour procréer, soit des carriéristes dépressives ? Non, bien sûr. Elles méritent d’être traitées à égalité avec leurs frères, pas surinvesties tel un objet narcissisant par leur père. À chacun d’inventer un équilibre, qui permette de retrouver une vraie place, en contact avec la réalité.

 

”Il m’a donné une formidable confiance en moi”

 

Juliette, 35 ans, responsable de communication 

 « Mon père est le type le plus génial du monde ! Mes parents sont des militants associatifs, pétris de valeurs de partage, de solidarité. Alors, pour lui, la psychanalyse, les idées de Dolto, c’était évident. Papa nous a appris à vivre avec nos différences et nos caractéristiques, à respecter celles des autres. Pour moi, c’est une arme tellement formidable pour avancer dans la vie ! J’ai toujours eu le sentiment d’être quelqu’un, jamais je n’ai eu d’angoisses ni d’idées noires. Il a eu confiance, m’a encouragée, me disant que je pouvais tout entreprendre. Il était prêt à discuter, à écouter. Il n’y a pas une seule chose importante que je ne lui ai dite. Même si ça peut choquer certains, il m’a laissée essayer le tabac, les joints, l’alcool. Du coup, j’ai trouvé ça nul assez rapidement. J’ai une formidable confiance en moi et dans les autres. Et me sentant aimable, ça m’est facile d’aimer et d’être aimée. Je pars en vacances seule avec lui de temps en temps en Égypte, son pays d’origine. La seule chose un peu compliquée a été d’arrêter la comparaison entre lui et mes copains. Même s’il m’a poussée dehors, encouragée à aimer ailleurs. Mais mon père est à l’origine de ma construction. Il m’a permis d’être heureuse. »

 

”Il est difficile de rencontrer quelqu’un d’aussi fort que lui”

 

Emma, 38 ans, chanteuse et responsable business développement

« Mon père avait 25 ans en 1968, et déjà un enfant, mon frère aîné. Comme tous les parents de cette génération, il a baigné dans les idées de Françoise Dolto : un enfant doit être entendu et respecté. Mais pour lui, comme pour ma mère, l’évidence des études et de la réussite provenait tout autant de leur culture – nous sommes d’origine juive et arménienne – que de la révolution des idées de ces années-là. Depuis qu’il est à la retraite, nous parlons beaucoup. Je n’ai jamais douté de sa confiance en moi, de sa fierté. Il y a quatre ans, j’ai commencé à enregistrer mon premier album. Il était rassuré, il n’y avait plus de problèmes, d’autant moins que je gagnais ma vie, c’était essentiel pour lui. Il me met en avant, parle de moi ; à chacun de mes succès, il est fier, content, enthousiaste. Dans ma vie affective, c’est plus compliqué. Peut-être justement parce que son avis compte beaucoup et a toujours compté, peut-être aussi parce qu’il est difficile de rencontrer quelqu’un doté de la même force – mon père est arrivé seul d’Algérie à 18 ans. “Être libre et ne rien devoir à personne”, voilà ce qui pourrait être son mot d’ordre. Libre, je le suis, probablement grâce à la force que mes deux parents m’ont donnée, mais peut-être un peu trop, justement… Dans ma vie affective, je ne suis pas sûre que ce soit toujours un avantage. Peut-être parce qu’il faut accepter d’être un peu dépendant pour nouer une relation, et ça, ça n’est pas mon fort… »

 

 

Un article de Christilla Pellé Douel pour www.psychologies.com

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Psychanalyse
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 11:18

La télévision freine le développement de l’enfant, favorise l’obésité, banalise la violence, etc… Voici la vidéo complète de Michel Desmurget concernant les études faites sur le cerveau des enfants:

    

      
Docteur en neurosciences, directeur de recherche à l’Inserm (Institut national de la Santé et de la Recherche médicale), Michel Desmurget est l’auteur de “TV Lobotomie”. Interview:

       tv-lobotomie.jpg  

Qu’est-ce qui vous a incité à écrire ce livre ?


– Un jour, j’ai entendu ma fille chanter, à 30 mois, le jingle de “Maaf” devant le logo de la société ! Je me suis plongé dans la littérature scientifique sur les effets de la télé et ce que j ’ai découvert est encore plus terrifiant que ce que je croyais !

 

Aux Etats-Unis, 40 % des bébés de trois mois regardent la télé ! En France, les 4-10 ans passent deux heures treize par jour devant le petit écran…


– La télé altère l’attention, le sommeil, la créativité… Autant de paramètres essentiels au bon développement de l’enfant ! Quand le poste est allumé, le volume et la qualité des interactions enfants-parents sont considérablement réduits. Selon une étude américaine, un enfant de 4 ans, qui entend, en moyenne, chaque jour, 13 500 mots de ses parents, n’en entend plus que 10 000 si la télé reste allumée quatre heures par jour, soit une chute de 25 % ! Or le nombre de mots entendus et prononcés avant 3 ans est un indicateur majeur des performances linguistiques et cognitives futures. Qui plus est, le langage est un barrage efficace contre la violence… Enfin, selon une étude néozélandaise, chaque heure de télévision par jour, lorsque l’enfant est en primaire, accroît de 43 % la probabilité de le voir quitter l’école sans diplôme.

 

Mais comment savoir si les difficultés scolaires ne sont pas plutôt dues à la situation familiale de l’enfant, par exemple ?


– Bien sûr, tout est lié : on a constaté que plus une mère est déprimée, plus ses enfants sont exposés à des volumes télévisuels importants… Mais les chercheurs ont les moyens d’isoler le facteur télévision. Exemple flagrant, celui des populations qui n’avaient pas accès au petit écran. Aux îles Fidji, avant la télé, il n’y avait pas une seule adolescente au régime. Après, 69% d’entre elles se sont mises à contrôler leur poids et 11 % à se faire vomir.

 

Estimez-vous que la télé est un problème de santé publique ?


– Elle accroît les risques d’obésité, de tabagisme ou de troubles du sommeil… Les dangers sont avérés : on pourrait au moins appliquer un strict principe de précaution ! Seulement l’industrie audiovisuelle, comme celle du tabac en son temps, réfute les preuves…

 

Mais sur le petit écran, il y a aussi d’excellents documentaires ou des séries passionnantes…


– Certainement. Mais attention, quand on allume la télé, bien vite, c’est elle qui choisit pour vous !

 

Baby First et Baby TV, deux chaînes anglo-saxonnes pour tout-petits, sont autorisées à émettre en France depuis 2007, même si le CSA (Conseil supérieur de l’Audiovisuel) recommande d’éviter la télé avant 3 ans.


– On en a beaucoup parlé mais il ne faut pas oublier pour autant de surveiller les antennes jeunesse destinées aux “plus grands”.

 

D’ailleurs, les enfants ne regardent pas que des dessins animés: “Secret Story” a réuni un tiers des 4-1 4 ans.


– 80 % du temps passé devant la télé par les enfants concerne en effet des programmes tous publics.

  

Pour les annonceurs, les plus jeunes sont des cibles privilégiées.


– Le cerveau est une formidable éponge : il est très facile de passer ses barrières conscientes pour mieux le “rapter”. Pourtant, en 2009, nos députés ont rejeté la loi qui visait à interdire les publicités pour les produits gras et sucrés avant les dessins animés ! Veut-on vraiment faire de nos enfants du “temps de cerveau disponible” pour Coca-Cola ?

 

Les parents qui combattent la télé ne sont-ils pas obsédés par la réussite scolaire ?


– Pour ma part, je veux surtout que mes enfants soient heureux et il se trouve que la consommation, sans cesse prônée à la télévision, accroît l’anxiété – cela aussi est démontré ! La culture, au contraire, fait grandir le sentiment de bien-être et donne envie de participer à la vie de la cité. Et puis, tout simplement, avec mon épouse, il nous semble que nos filles ont une vie plus riche depuis que nous n’avons plus la télé : elles dessinent, elles jouent avec leurs amis, elles s’ennuient.

 

Propos recueillis par Marjolaine Jarry-TV Lobotomie, aux éditions Max Milo.

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Neurologie
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 11:36

La relation médecin-malade serait l’une des principales causes de burn-out pour le praticien... C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par l’Institut BVA auprès de 120 médecins.

 

burn-out-medecins_200806301532072-900x641.jpg

 

Tous les sondages en attestent, les Français mettent leur médecin sur un piedestal. Ces scores canoniques de satisfaction ne protègent pas les médecins d'une souffrance au travail. Plusieurs enquêtes menées par des Unions régionales de médecin ont mis en évidence un taux de 40 à 45% de médecins en burn-out. Et selon un  sondage BVA*, réalisé lui auprès de 120 médecins, la relation médecin-malade serait la deuxième cause de burn-out. Elle arrive juste derrière la charge de travail, citée par 46% des médecins, contre 41% pour la relation médecin-patient.

 
Les savoirs du médecin remis en cause

 
« Les patients vont vider leur sac dans un lieu qui n’est pas vraiment dédié à cela, déclare Frédéric Bonlarron, psychanalyste et président de l’association « Paroles de professionnels » qui travaille sur la souffrance au travail des médecins. Et c’est un piège pour les médecins qui veulent répondre à tout. Dans le serment d’Hippocrate, le médecin est présenté comme un sauveur. Aujourd’hui encore, il est mis sur un piedestal et à la fois, ses savoirs sont sans cesse remis en question ». Et plus la charge de travail augmente, moins le médecin peut répondre aux exigences de son patient.

 

Il faut dire que les patients sont devenus de plus en plus exigeants. C'est l'hypothèse que l'association « Paroles de professionnels » a pu vérifier. Elle  a demandé au laboratoire GSK de mettre en place une étude sur le sujet. L’institut de sondage BVA  a donc conduit 29 entretiens de patients en Champagne-Ardennes afin de savoir comment ils percevaient leur médecin traitant. Jeunes ou vieux, hypocondriaques ou distants, loyaux ou pas, tous les profils de patients étaient représentés.  

 

Pas plus de 15 minutes en salle d'attente

 
Au palmarès des motifs d’insatisfaction, cette enquête a fait ressortir 5 items : le temps d’attente avant la consultation, les dérangements téléphoniques, le sentiment de mise à distance, les consultations express et les erreurs de diagnostic. Le temps d’attente en salle d’attente est surtout mal vécu car « il stigmatise la symbolique de domination du médecin traitant sur le patient », précisent les auteurs de cette enquête. Au-delà d'un quart dheure, les esprits s'échauffent. Même si pour certains, une attente longue peut être un bon point puisqu’elle suggère une capacité du médecin à entreprendre des consultations plus approfondies, à davantage investiguer le problème du patient. Les patients se plaignent aussi des « consultations express », perturbées par les appels téléphoniques. Ils réclament que le médecin leur consacre, au minimum, 15 minutes. Les dernières études révèlent que la durée moyenne de consultation chez un généraliste est justement de 16 minutes.

 

 

   Un médecin traitant réduit au rôle d'aiguilleur du système de santé

 
Du temps, de la disponibilité, mais ce n’est pas tout. L’enquête menée en Champagne-Ardennes montre bien que les patients en demandent beaucoup plus à leur médecin. « Avec l’arrivée du médecin traitant, le médecin généraliste n’est plus totalement sacralisé », soulignent les auteurs de ce travail. Ils attendent « de la transparence, une forme d’humilité et une reconnaissance de ses limites ». Pour certains patients dits « experts », le rôle du généraliste se réduit même à celui d’aiguiller vers les spécialistes. La désacralisation du médecin ne signifie pas que les patients sont moins exigeants. « Ce qui est frappant, c’est que les demandes sont pléthoriques. Elles vont bien au-delà du soin, » analyse Frédéric Bonlarron, Psychanalyste et président de l’association « Paroles de professionnels ».


Pour éviter que la relation médecin-malade ne tourne au cauchemar, les auteurs de cette enquête menée en Champagne-Ardennes suggèrent des pistes de travail : améliorer la formation à l’écoute des médecins, mettre en place un réseau de soins de support en médecine générale avec des psychologues qui permettrait aux médecins de se recentrer sur son cœur de métier, mais aussi apprendre aux patients à gérer leurs priorités.


En Ile de France, où le taux de médecins en burnout frise les 50%, l'Association d'aide professionnelle aux médecins libéraux (Aapml) a créé une une assistance psychologique par téléphone. Des psychologues cliniciens repondent au 0826 004 580.

Par Cécile Coumau pour www.pourquoi-docteur.nouvelobs.com

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Actualité-sociologie
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 11:15

Suite à la lecture du livre de Matthieu Ricard et de bien d'autres livres qui pratiquent la pharmakosophie [c'est à dire la dénonciation systèmatique et l'accusation négative des différences théoriques ou idéologiques], je publie ce cours du groupe Ars-Industrialis qui vaut "à lui seul" tous les plaidoyers modernes.

 

 

De l'abandon des citoyens à l'analyse de la révolution conservatrice, en passant par les études du cerveau et le martyr de la langue ; Bernard Stiegler nous montre, à la hauteur de son talent, ce que peu de penseurs et scientifiques arrivent à peine à conceptualiser, en matière d'idées et d'influence des rétentions tertiaires sur l'être humain !

Bonne lecture à tous.

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Pédagogie-éducation
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 13:36

Avec la sexualité, l’argent est sans doute l’un des sujets les plus épineux dans la vie d’un couple. Ou l’on en parle trop et il alimente brouilles et conflits permanents. Ou l’on n’en parle pas parce qu’il est tabou !

 

couple-argent.jpeg

 

Au nom de vieilles croyances – « quand on aime on ne compte pas » –, on préfère taire nos ressentiments plutôt que de paraître mesquin. Pudeur oblige ! « Peu de couples arrivent à être parfaitement au clair avec le sujet », souligne Marie-Adèle Claisse, psychothérapeute et auteur de “Dites oui à l’argent”. « L’argent, comme la sexualité, a des fonctions affectives et symboliques qui vont bien au-delà de la satisfaction des besoins immédiats », explique le psychiatre Willy Pasini, dans “A quoi sert le couple ?”. Aussi, la manière dont il est géré en dit-il long sur la nature de la relation entre deux conjoints. « Quand l’argent pose problème dans le couple, il ne vient généralement que concrétiser ou amplifier un conflit préexistant », confirme Bernadette Blin, psychothérapeute.

 

Le manque de reconnaissance des mères au foyer

 

Le pouvoir octroyé par l’argent conduit à tenir le travail salarié pour une activité nettement plus noble que les diverses tâches liées au travail domestique. Nombre de femmes au foyer pâtissent de ce manque de reconnaissance. Et d’autant plus si elles ont pour compagnon un homme doutant de sa masculinité. Pour lui, sa fiche de paye constitue la principale source de valorisation et d’estime de soi. En pareil cas, des conflits ne pourront que surgir, fondés sur une croyance implicite : « Je gagne plus que toi, donc je vaux plus que toi. » Marc, contrôleur de gestion, gagne 3800 € bruts par mois. Sa femme, Annie, s’occupe de leurs deux enfants (quatre et deux ans). « Nous avons un compte commun dans lequel je pioche pour toutes les dépenses, explique-t-elle. Pour mes achats personnels, je prends le minimum car je me sens redevable envers Marc qui me fait souvent sentir que j’ai la belle vie : “Pendant que je “rame” dans mon boulot, dit-il, tu te promènes au parc avec les petits.” » Conforté dans la certitude qu’il fait tout, le salarié du couple peut en venir à penser qu’il se sacrifie pour une ingrate qui se prélasse pendant qu’il trime. « Les hommes ne réalisent pas que s’occuper d’une maison, c’est un travail à part entière, analyse Marie-Adèle Claisse. Pour eux, c’est normal puisqu’ils l’ont vu faire depuis des générations. » Comment la femme peut-elle sortir de ce malaise ? Tout d’abord, son choix de se consacrer à sa famille doit être pleinement assumé par les deux conjoints. « Si je travaille, tu pourras dire adieu aux petits plats mijotés pour le dîner, aux chemises repassées au pied levé ; et les enfants devront oublier les longs câlins après la sieste… » Ensuite l’épouse doit chiffrer sa contribution matérielle. Mais la plupart du temps, inhibée par les discours culpabilisants de son compagnon, reflets de l’opinion commune, elle n’ose pas. « Bien souvent, au nom de l’amour, de l’intimité et de la générosité, tout ce qui concerne les finances reste flou, constate Jacques Salomé dans “Jamais seuls ensemble”. Cependant, de part et d’autre, de vagues sentiments d’exploitation ou de dépouillement entretiennent des malaises et des ressentiments souterrains. » Pourtant, entre les économies de frais de garde, de ménage et l’indemnité de congé parental, Annie apporte une contribution de quelque 1100€ par mois.

 

Si la femme a le plus gros salaire

 

Traditionnellement, les femmes étaient dépendantes de leur mari. Mais, aujourd’hui, on assiste de plus en plus souvent à une inversion des rôles. Cette nouvelle donne pousse de nombreuses femmes à prendre leur revanche sur le « pouvoir » mâle. D’où l’émergence d’une revendication phallique féminine, remarquée actuellement par les psys. « L’homme c’est moi », déclarent-elles. Un fantasme qui demeure souvent inconscient mais qui insidieusement conduit à une dévirilisation du partenaire, une sorte de « castration ». Murielle gagne 3050 € nets par mois et Jean, moitié moins. Chacun dispose d’un compte personnel. Quant au budget familial – ils ont trois enfants –, il est géré sur un compte commun. « J’assure les restos, les cinés, les voyages. Autrement dit, Jean dépend de moi pour les extras et il le vit mal, raconte Murielle. Un exemple récent : nous voulons changer notre canapé. Celui qui plaît à Jean coûte 3800 €. Je lui ai dit que je le trouvais trop cher et que nous n’en avions pas les moyens. On a discuté longtemps jusqu’au moment où j’ai craqué : “De toute façon, tu n’as rien à dire, c’est moi qui paye !” » « Quand l’homme gagne, durablement, nettement moins que la femme, le risque est grand de voir ce dernier prendre une place d’enfant ou d’objet, observe Marie-Adèle Claisse. Cette infériorisation se produira notamment si l’homme a lui-même tendance à se dévaloriser, s’il a du mal à s’affirmer.» Murielle aurait pu proposer : « Avec ce que je gagne, je ne peux pas payer ce canapé. Si tu y tiens vraiment, peut-être pourrais-tu faire un emprunt pour que l’on partage les frais. » Ainsi, plutôt que de lui clouer le bec, elle le renvoyait à ses responsabilités et le mettait face à un choix. Il retrouvait une marge de manœuvre. « L’argent a le pouvoir qu’on lui donne, résume Marie-Adèle Claisse. Aux femmes aussi de se questionner sur ce qu’elles recherchent dans leur relation de couple. Ont-elles réellement envie d’un homme face à elles ? »

 

La difficile épreuve du chômage

 

Il y a des événements qui mettent le couple à rude épreuve. Le chômage en est un. Car l’inactivité forcée modifie l’image que l’on a de soi et de l’autre. « L’énergie du chômeur est investie dans sa blessure narcissique, souligne Jacques Salomé. Il se replie sur lui-même, perd son appétit sexuel, se désintéresse de tout. » Ce qui ne manque pas de raviver chez le conjoint insatisfactions et sentiment d’insécurité. « Très vite, il va reprocher à l’autre de ne plus gagner assez d’argent, observe Marie-Adèle Claisse. Non pas ouvertement, mais sous forme de petits reproches : “Tu pourrais t’occuper des étagères, quand même !” ; “Tu n’as pas fait les courses ?”... L’aigreur s’installe et les humiliations quotidiennes mettent l’autre en situation d’infériorité. » Sans oublier les inévitables restrictions induites par le chômage. Imaginez un couple dans lequel les distractions onéreuses ou les cadeaux coûteux servaient à masquer – ou du moins, à rendre tolérable – un manque de communication ou une mésentente fondamentale. Ce couple-là aura probablement davantage de difficultés qu’un autre à assumer les frustrations matérielles.

 

Comptes personnels ou compte commun ?

 

Le pouvoir n’est pas toujours l’apanage de celui qui gagne l’argent. Dans bien des couples, l’un approvisionne le portefeuille, mais l’autre tient les comptes… « En contrôlant les dépenses de son conjoint, l’homme – ou la femme – assouvit son besoin de maîtrise », explique Bernadette Blin. Pierre est passionné de musique. Il s’achète régulièrement des disques et au cours des deux dernières années, il s’est offert une chaîne hi-fi performante et deux guitares. Sandrine, sa femme, ne supporte pas de le voir « claquer » ainsi tout son argent (personnel). Elle le trouve égoïste et aimerait qu’il économise « pour les enfants plus tard ». Mais lui ne désire nullement sacrifier sa passion. Jusqu’où l’argent de l’autre est-il le mien ? Jusqu’où ai-je le droit de m’immiscer dans la gestion de son portefeuille ? La question se pose dès le mariage lors du choix du régime matrimonial. Seule une minorité de couples (environ 10 %) choisit la « séparation de biens » : en cas de divorce, chacun récupère sa mise pour les biens acquis ensemble après le mariage. Une importante majorité choisit la «communauté de biens réduite aux acquêts » : ce qui a été acquis après le mariage appartient de façon égale aux deux époux. « Opter pour le premier régime signifie que l’on pense possible une séparation, observe Marie-Adèle Claisse. Ce qui peut faire croire à l’un que l’autre se méfie de lui, générant une certaine angoisse. » Quand on se marie, on est plutôt dans l’idéalisation de la relation, le rêve, la fusion. Les comptes et la gestion s’accommodent mal avec cette idée de l’amour. « On s’imagine qu’il règle tout, mais n’est-ce pas l’amour qu’il s’agit de protéger par des garde-fous ? », souligne Gérard Béthune, psychothérapeute. Opter pour la séparation de biens, c’est aussi s’envisager soi-même comme une entité à part entière. De même, dans la vie quotidienne, la majorité des couples opte pour le compte commun. Mais partager tout, c’est aussi partager les dettes et se donner mutuellement le pouvoir de contrôler les dépenses de l’autre. L’idéal, estiment les psys, est que chacun participe au budget commun au prorata de ses revenus et gère ses propres économies sur un compte à part. « Il s’agit là d’un bien personnel, écrit encore Jacques Salomé. Cet argent n’est dû à personne. Il appartient réellement à celui qui peut en disposer sans culpabilité, sans état d’âme… pour se faire plaisir ou faire plaisir à qui bon lui semble. »

 

L’un est dépensier, l’autre pas

 

Conserver un compte personnel ne suffit pas toujours à garantir le respect de l’autonomie et de la liberté de l’autre. « Notre relation à l’argent se construit dans l’enfance en fonction des croyances et des messages que nous ont transmis nos parents, explique Marie-Odile Steinmann, psychothérapeute. Certains ont été élevés dans la peur de manquer, d’autres dans l’abondance. Si les deux conjoints ont ainsi une perception du monde différente, l’incompréhension surgit. » Sandrine a beau savoir que son mari achète ses disques et ses partitions avec son argent personnel, elle ne peut s’empêcher de lui en tenir rigueur. « Sandrine attend de son mari qu’il la sécurise, observe Bernadette Blin. Sa demande se porte sur l’argent mais son besoin est d’apaiser son insécurité intérieure. » Face à un partenaire irresponsable qui vide la tirelire du foyer, on est en droit de râler. Mais s’il ne fait que dépenser son propre argent, il est préférable de s’interroger : pourquoi cela m’angoisse-t-il de voir mon conjoint s’offrir des cadeaux ? Est-ce que je m’accorde ce droit-là ? Pourquoi l’argent me brûle-t-il les doigts ? « Par un effet miroir, l’attitude de notre partenaire nous aide à prendre conscience de nos angoisses profondes, estime Marie-Odile Steinmann. Quand il (elle) dépense, il (elle) vient réveiller ma peur de manquer. Quand il (elle) épargne, il (elle) me rappelle mes parents qui mettaient tout leur argent de côté “en cas de coup dur”. Une remise en question qui nous amènera sans doute à adopter un nouveau comportement face à l’argent. » L’essentiel pour un couple est de s’engager sur des bases saines : des valeurs communes, le sens des responsabilités, la compréhension et le respect réciproques. « On ne peut former un couple à l’inverse de ce que l’on est », souligne enfin Marie-Adèle Claisse. Autrement dit, si vous êtes plutôt du genre « près de vos sous », inutile de vous acoquiner avec un flambeur !

 

Divorce : peines de cœur et peines d’argent

 

Une séparation difficile se traduit toujours par des conflits autour de l’argent : partage des biens, montant de la pension alimentaire et de la prestation compensatoire (destinée à rééquilibrer la baisse du niveau de vie de l’un des conjoints s’il ne travaillait pas avant le divorce). « Toute séparation implique un deuil psychologique, note Willy Pasini. Ceux qui n’en sont pas capables se servent parfois de l’argent pour prolonger artificiellement un rapport qui n’existe plus. » Mais avant de passer devant le juge, il est possible d’éviter le conflit en consultant un médiateur familial. « Un cas est fréquent : celui de la femme blessée et décidée à demander une prestation compensatoire très élevée, explique Brigitte Teitler, médiatrice à l’Aadef (1). En amenant le mari à entendre et à reconnaître la souffrance de son épouse, nous permettons à celle-ci de se sentir mieux comprise et, généralement, son exigence financière diminue. Autre cas de figure : l’homme quitté, qui refuse de payer une pension alimentaire. Nous lui expliquons qu’il s’agit là d’un acte de responsabilité vis-à-vis de ses enfants, ce qui l’incite à reprendre sa place de père. C’est en donnant du sens aux actes que nous aidons les couples à prendre conscience de ce qui se joue et à trouver des solutions équitables pour les deux conjoints. »

 

Le prix du désir

 

Toute chose est-elle à vendre, y compris le désir, l’amour, l’identité de chacun ? C’est cette question que Lætitia Masson met en scène dans son second long métrage, “A vendre”.En quête d’elle-même, France Robert (Sandrine Kiberlain) cherche dans l’argent la clef de ses incertitudes sur les autres, sur ses sentiments et son histoire. Dès sa première rencontre amoureuse, elle exige de son partenaire qu’il la paye en garantie de son amour. Dans cette attitude, France ne voit ni commerce d’un corps, ni marchandage sordide. L’argent réclamé vient plutôt fonder son désir, la rassure sur la vérité de son identité et l’accompagne dans la conquête d’elle-même. L’argent s’apparente ici à une prothèse masquant la fuite, l’effondrement et la perte de repères d’une jeune femme. En même temps qu’il est le promoteur d’un lien, la promesse d’une liberté possible.

 

À lire

 

“Pour une harmonie du couple au quotidien”de Marie-Odile Steinmann. Argent, communication,sexualité, éducation... Les clés très concrètes pour aider chaque conjoint à trouver sa place dans le couple. (Alain Brêthes, 1994).

 

Cécile Dollé - www.psychologies.com

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Psychologie
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 13:36

"A la faveur de la crise, les opinions publiques prennent conscience d'un fait : l'explosion démographique, la crise énergétique ou encore le changement climatique posent de sérieuses questions qu'il ne faut plus remettre au lendemain. De plus en plus de personnes en sont convaincues : la croissance illimitée n'est pas viable à long terme dans un monde où les ressources s'épuisent peut à peu. Il s'avère en outre que l'augmentation du PIB dans les pays industrialisés n'a abouti à aucune amélioration notable de la qualité de vie depuis les années 70. Se pourrait-il alors que la société de consommation ne tienne pas ses promesses de bonheur et que le bien-être ne soit pas inhérent à la croissance ?". Un reportage Arte Future.

 

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Vie publique et économique
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 07:48

« La justice n’a pas la culture du mea culpa ! »

 

le-calvaire-et-le-pardon--les-ravages-d-une-erreur-judiciai.jpg 

Il est le roi des acquittements. L’avocat Eric Dupond-Moretti sort un livre, écrit à quatre mains avec Loïc Sécher, "définitivement blanchi" après avoir été condamné à 16 ans de réclusion pour des viols sur une adolescente...

 

Novembre 2000. Une jeune fille de 14 ans se déclare victime d’un viol dont l’auteur serait son voisin, Loïc Sécher. Une enquête expéditive et deux jugements sans preuves, sans ADN et sans aveux – en première instance et en appel – envoient néanmoins Loïc, alors âgé de quarante ans, en prison pour 7 ans. Il faudra attendre 2008 pour que Maître Dupond-Moretti obtienne que s’ouvre un procès en révision à la suite des rétractations de l’accusatrice.

 

Dans ce livre à deux voix, Loïc Sécher décrit le drame qu’il a vécu. L’horreur d’être accusé d’un pareil crime, ses vaines protestations d’innocence, les traitements que ses codétenus lui réservent, les proches qui s’éloignent, la solitude désespérée. Éric Dupond-Moretti, lui, se livre de manière implacable au décryptage d’une affaire où les rouages de l’appareil judiciaire s’emballent jusqu’à briser la vie d’un homme.

 

Loïc Sécher est le septième condamné officiellement innocenté depuis 1945. Il a pardonné à la jeune fille repentante qui l’a précipité dans une déchéance insoutenable. Pour la justice, ça lui sera plus difficile : il ne sait plus très bien ce que veut dire ce mot.

 

Voici un entretien exclusif d'Eric Dupond-Moretti avec les journalistes du quotidien "l'Est Républicain":


Pourquoi ce livre ?


D’abord pour Loïc Sécher. Il a été judiciairement réhabilité, totalement blanchi, mais il me paraît important de donner une autre dimension à cet acquittement. On ne sait jamais, des fois que certains, dans la rue, le regardent en se disant qu’il n’y a pas de fumée sans feu, qu’il est peut-être quand même coupable malgré tout, comme dans l’affaire d’Outreau.  Par ailleurs, c’est pour moi le cas pratique de « Bête noire » (NDLR : son précédent livre). Et, là, j’ai pu illustrer tous ces dysfonctionnements de la justice dont je parlais. Dans l’affaire Sécher, ces dysfonctionnements ont conduit deux cours d’assises à condamner un innocent.


Ces dysfonctionnements interviennent au niveau de l’enquête ? De l’instruction ? Du procès ?


A tous les niveaux. Dans l’affaire Sécher, un gendarme - qui est par ailleurs ami du père de la victime - veut des aveux et comme il ne les obtient pas, il va délibérément se placer sur le terrain de la sexualité et demander ses fantasmes à Loïc. Par nature, les fantasmes sont judiciairement irrecevables. Il n’y a pas de beaux fantasmes et des fantasmes moches. Et assez naïvement, Sécher va lui répondre. Alors que cette part de l’intime n’est en rien susceptible d’éclairer une enquête.
Par ailleurs, il n’y a jamais eu de confrontation entre Sécher et cette adolescente qui l’accusait. Dans ce dossier, il y avait pourtant largement matière à douter. La gamine a avancé ses accusations par étapes. Et chaque fois, elle rajoutait des faits. Mais les constatations médico-légales auraient dû faire douter.


Une erreur judiciaire est une accumulation de petites erreurs qui débouchent, au final, sur une monstruosité, un OVNI judiciaire…


Oui. C’est une prise de risque volontaire avec les principes qui sont les nôtres. Dans ce dossier, il y avait matière à douter. Mais on est, une fois encore, dans la dictature de l’émotion.


‘’ La victime, électoralement très porteuse ’’


Ces dernières années, on a accordé une place énorme aux victimes. A chaque fait divers, il y avait un ministre ou le président sur place. Cela a débouché sur une véritable inflation législative…


C’est électoralement très porteur. Je pense que le pouvoir politique a finalement peu de prise sur l’économie et se rabat, par facilité, par médiocrité, sur le sécuritaire. Et c’est gagnant à tous les coups. Quand on essaie de mettre en place des aménagements de peine, on nous dit qu’on méprise les victimes. Ces victimes sont devenues un mot d’ordre électoral. On a feint de découvrir une espère d’axiome indiscutable selon lequel il suffirait de condamner très fort pour obtenir la rémission des crimes. C’est faux. Le crime est consubstantiel à l’humanité et si condamner très fort suffisait, cela se saurait. Le risque zéro n’existe pas et n’existera jamais.


Malgré ces erreurs judiciaires, vous écrivez que la justice n’a pas la culture du mea culpa…


Daniel Legrand fils, l'un des acquittés de l'affaire d'Outreau, a été renvoyé devant la cour d’assises de Rennes pour des faits qu’il aurait commis quand il était mineur. Alors que c’est la même qualification que celle pour laquelle il a été acquitté. Que souhaite-t-on ? Une condamnation ? C’est monstrueux. Il a été détenu pendant quatre ans, comme son père, il a basculé dans la drogue, a eu un mal fou à se reconstruire.  Et quand tout est terminé, sous la pression d’un syndicat de magistrats et d’une association de victimes coproductrice du film «  Outreau, l’autre vérité », le procureur général de Douai renie sa parole et renvoie ce gamin aux assises. Mais Outreau n’a jamais été admis dans la magistrature. Pour elle, c’est une plaie béante. Il faut absolument que l’institution ne se soit pas trompée.


Très souvent, les innocents se défendent moins bien que les coupables…


C’est certain, ils ne connaissent pas l’histoire. Le coupable, s’il est habile, peut adapter son discours à la vérité qu’il connaît. L’innocent est aussi souvent hébété parce qu’il ne comprend pas ce qui lui tombe dessus. Il est persuadé que cela va se résoudre tout seul, que la justice va se rendre compte qu’il est innocent. On a reproché à Dreyfus de ne jamais avoir fait de demandes de mise en liberté. Mais, militaire, grand serviteur de l’Etat, il était convaincu que l’institution allait se rendre compte qu’elle se trompait.


Débuts au cinéma


Que pensez- vous de la réforme pénale de la Garde des sceaux Christiane Taubira et notamment de cette fameuse peine de contrainte pénale, avec des obligations immédiates mais pas d’incarcération ?


Je ne comprends pas bien ce système. Je pense que l’idée est excellente mais je ne vois pas ce qui distingue cette mesure du sursis avec mise à l’épreuve avec exécution provisoire.


Quelle est la réforme la plus importante à réaliser selon vous ?


Séparer le siège du parquet, réintroduire une véritable culture du contrôle. La chambre de l’instruction reste une chambre de confirmation. On est dans ce que le président Canivet avait appelé la ‘’ bureaucratie judiciaire ’’. Plus personne ne contrôle plus personne.


Cet été, vous avez  fait vos débuts d’acteurs dans un court-métrage (« Vos violences », d’Antoine Raimbault) qui sortira l’an prochain. Faites-nous le pitch…


Un avocat, dont la fille a été agressée, est écartelé par un dilemme cornélien : d’un côté, tout ce qu’il  a appris, sa culture, sa culture du doute, et, de l’autre, une volonté, même forcenée, de connaître une vérité, peut-être en trichant. C’est le questionnement de cet homme qui va ou non trahir pour sa fille un certain nombre de principes auquel il croit. J’ai adoré cette parenthèse cinéma.
Comédien, le parallèle avec votre métier d‘avocat est tentant…


Bien sûr, oui. C’est comment on s’empare d’une émotion qui n’est pas la sienne pour en faire quelque chose. Avec un autre point commun évident : si on n’est pas sincère, cela se sent tout de suite.


La cour d’assises est une forme de comédie…


 Oui. Il y a une théâtralisation, des décors. Il y a des décors, des costumes, une salle. Il y a même une sonnerie d’ailleurs, comme au théâtre. Il y a, oui, une forme de théâtralité. D’ailleurs, s’agissant des avocats, on parle de ténors, comme à l’opéra.


‘’ Acquittator, ça me gonfle… ‘’


Qu’est-ce qu’une plaidoirie réussie pour vous ?


C’est une plaidoirie efficace. Elle se mesure au résultat. Le reste n’a aucun intérêt.


Vous avez la réputation d’être très proches des jurés. Vous dites souvent aimer qu’ils aient envie de boire un Ricard avec vous…


Je suis très accessible mais c’est ma nature.  Je ne me force pas, j’ai des copains dans tous les milieux. Des paysans, des prolos, des fortunés. Je n’ai pas découvert l’éclectisme en devenant avocat. J’ai travaillé longtemps en restauration, c’est l’une des plus belles écoles pour aborder, rencontrer les gens.


Dans une plaidoirie, les mots sont importants. Mais il a aussi les attitudes, les silences…


Oui, il faut bien sûr jouer avec ses interlocuteurs. Il faut être attentif à eux car ils répondent à l’avocat. Bien sûr, ils ne l’interpellent pas mais on voit quand ils adhèrent, quand ils tiquent. Tout est important dans une plaidoirie. Les jurés attendent de l’avocat une jolie forme, ils ont une exigence dans ce domaine, mais ce qu’ils veulent surtout, c’est ne pas être pris pour des ânes. Ils veulent une plaidoirie pédagogique, de bon sens.


Vous avez conscience que les présidents de cour d’assises sont un tantinet angoissés quand vous arrivez dans un procès…


Non. Je pense que les bons présidents sont contents de me voir. Je n’ai jamais eu d’incidents avec eux. Le contradictoire fait peur aux médiocres.  C’est avec les mauvais présidents qu’il faut se battre aux forceps. D’ailleurs, j’ai récemment été invité à une formation des présidents de cours d’assises à l’ENM (Ecole nationale de la magistrature). C’est énorme...


Vous êtes devenu une bête de foire. Attendu pour plaider dans toutes les villes de France et annoncé à grands roulements de tambour…


Cela m’emm… un peu. C’est la rançon de cette notoriété. Mais cette présentation-là me chagrine.


Votre surnom d’« Acquittator » vous fatigue ?


J’en suis à la fois fier et je préfère ça à « Perdator », mais, oui, quelque part, cela me gonfle…


Vous gagnez beaucoup d’argent. Qu’en faites-vous ?


Je gagne très bien ma vie, nettement moins bien qu’un grand joueur de football, qu’un grand avocat d’affaires, mais nettement mieux qu’un ouvrier d’usine. Après, je n’ai pas un train de vie somptuaire mais je m’interdis de pleurer sur mon sort parce qu’il y a des gens qui sont dans une très grande difficulté.


‘’ Le routier le mieux payé de France ‘’


Vous passez votre vie sur les bancs des cours d’assises, aux quatre coins de la France. Seul et sans voir votre famille, vos amis. Vous n’en avez pas marre de cette vie de saltimbanque ?


Un soir de détresse, en compagnie de Michel Mary, un journaliste, je me suis mis à ‘’ chouiner ‘’, à lui dire que j’en avais ras le bol de cette vie de routier. Il m’a répondu : ‘’ T’es le routier le mieux payé de France ! ’’. Il ne faut pas offenser le Bon Dieu. Cette vie, je l’ai choisie, elle me consume, mais c’est ma vie. Et d’ailleurs, dès que je suis en vacances, dès que je m’arrête, au bout de quelques jours, j’ai envie d’y retourner.  Il y a une forme d’addiction, je pense. Le stress que cela génère fait l’effet d’une drogue. J’ai mal mais j’aime avoir mal.


Par ailleurs, ce métier m’apporte tellement de choses. Une forme de bien–être matériel que je ne renie pas mais surtout les rencontres avec des gens tellement différents. Un mendigot le lundi, un prince de sang le mercredi et je finis le vendredi par un ouvrier, un notaire, un commerçant ou un médecin. C’est absolument fantastique ! Quelle chance ! Je pense souvent à ceux qui ont un boulot à la chaîne. J’ai fait ça dans ma vie, j’emballais des vitres de voiture. C’était toute la journée la même chose. Et si je n’étais pas attentif, ça sautait en bout de chaîne et on se faisait engu… Et puis, quel bonheur, dans cette époque hygiéniste et aseptisée, de pouvoir dire ce que l’on a envie de dire. Ça, c’est un vrai luxe…


Albert Naud, mythique pénaliste, disait : ‘’ Les défendre. Les défendre tous ’’.  De l’extérieur, les gens ont du mal à comprendre comment on peut, parfois, faire acquitter un coupable… C’est dérangeant pour vous ?


Non. Je me satisfais de ce que me dit celui que je défends. L’avocat, c’est celui qui prête sa voix, pas sa conscience. Je ne suis pas le juge de celui que je défends.  Moi, ce qui m’importe, c’est de savoir si la preuve de la culpabilité est rapportée. Et si un coupable passe entre les mailles, il faut se souvenir de ce qu’a dit Voltaire : ‘’ Mieux vaut acquitter cent coupables que condamner un seul innocent ‘’.


Un mot sur le procès de Jean-Louis Muller. Poursuivi pour avoir maquillé le meurtre de son épouse en suicide, ce médecin a pris deux fois 20 ans avant que la Cour de cassation n’annule le verdict. Il sera donc jugé une troisième fois à Nancy, du 21 au 31 octobre prochains. C’est le plus gros rendez-vous judiciaire de l’année 2013…


Un seul mot car je veux réserver l’exclusivité de mes explications aux juges : je ne comprends pas comment cet homme a été  condamné.


Recueilli par Eric NICOLAS
 « Le calvaire et le pardon, les ravages d’une erreur judiciaire revue et corrigée », de Loïc Sécher et Eric Dupond-Moretti, aux Editions Michel Lafon.

--------------------------------------

Bio express


20 avril 1961 : naissance à Maubeuge.
1984 : intègre le barreau de Lille.
27 mars 1987 : premier acquittement.
1993 : défend Jacques Glassmann, le joueur de football qui a révélé l’affaire VA – OM.
Juillet 2004 : obtient l’acquittement de Roselyne Godard, la boulangère d’Outreau.
Février 2006 : acquittement de Jean Castela, l’un des commanditaires présumés de l’assassinat du préfet Erignac.
Mars 2010 : acquittement de Jacques Viguier.
Juin 2011 : acquittement de Loïc Sécher.
Juillet 2011 : centième acquittement.
Mars 2012 : acquittement de Bernard Barresi, un parrain marseillais soupçonné d’un braquage à 5,2 millions d’euros.

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Ouvrages et filmographies
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 07:26

Caractéristique du système français, l'obsession de la réussite serait à l'origine de nombreux échecs scolaires. Ce documentaire dresse un état des lieux sans concessions de l'enseignement à la française, trop compétitif !

 


-Un état des lieux sans concessions de l'enseignement à la française, commenté par de grands pédagogues-

Caractéristique du système français, l'obsession maladive de la réussite serait à l'origine de nombreux échecs scolaires. Ce documentaire dresse un état des lieux où l'enseignement à la française derive vers un climat malsain de compétitivité, où les valeurs de l'entreprise surdéterminent celles de la république.

(FRANCE, 2012, 69mn) ARTE Future.

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Actualité-sociologie
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 11:37

C’est dans La technique et le temps (3 tomes, ed. Galilée) que Bernard Stiegler élabore le concept de rétention, notamment celui de rétention tertiaire. Il y a en effet trois types de rétention ; les rétentions primaires, secondaires et tertiaires. Explication :

 

semantic-web.png  
Ces rétentions sont mieux comprises si l’on prend pour exemple un objet temporel, et Bernard Stiegler reprend l’exemple de Husserl, à savoir la celui de la mélodie. Quand on écoute une mélodie, la rétention primaire est celle qui retient la note entendu pour la lier à celle qui précède. Si il n’y avait pas cette rétention primaire, nous n’entendrions pas de mélodie, mais simplement une succession de note sans rapport entres elles.

 

Maintenant, considérez la situation suivante : vous entendez une musique que vous avez écouté plusieurs fois. C’est toujours le même disque, mais vous appréciez cette musique toujours un peu plus, et en même temps différemment, à chaque écoute. Cette différence dans l’écoute est précisément la rétention secondaire. C’est également elle qui vous fait apprécier une chanson médiocre parce qu’elle vous rappelle d’agréables souvenirs de vacances. Ces rétentions secondaires sont celles qui interprètent et modifient les rétentions primaires, c’est la raison pour laquelle nous n’entendons jamais exactement les mêmes choses (cf la note Entre vous et moi).

 

La rétention tertiaire, dans l’exemple que je viens de prendre, c’est le disque lui-même. Le disque en ce sens qu’il est un support de mémoire, et le fruit d’une technique (aujourd’hui on parle plus facilement de technologie). Tout objet produit par l’homme est une rétention tertiaire. Les rétentions tertiaires sont le milieu dans lequel interagissent les rétentions primaires et secondaires. Ces rétentions tertiaires, Bernard Stiegler les appelle aussi epiphylogénétiques, car elles constituent un système de supports de mémoire externe à notre propre corps, et grâce auquel nous nous transmettons une mémoire de générations en générations.

 

***

 

Sur internet et notamment avec les blogs, voyons comment cette économie entre les différentes rétentions fonctionne :

 
 J’écris une nouvelle note. Pour celui qui la lit, elle va modifier ses rétentions secondaires, il ne verra plus certaines certaines choses de la même manière, et il sera plus facile pour lui de trouver du sens lorsqu’il lira d’autres de mes notes. S’il s’abonne à mon fil RSS, il me connaîtra beaucoup mieux et appréciera mes notes autrement qu’un nouvel arrivant qui découvre mon blog pour la première fois. Ce blog est une rétention tertiaire, il est un support de mémoire. Voilà pourquoi dans son sous-titre il est écrit : « Hypomnemata : supports de mémoire ».

 

De Google à Flickr, tous les grands acteurs du web veulent être LA rétention tertiaire de nos rétentions secondaires. Car les rétentions tertiaires constituent le milieu dans lequel nos rétentions secondaires opèrent une sélection de nos rétentions primaires. L’index de Google nous indique, tel un index, ce qu’il faut retenir en priorité, et où notre attention doit se porter.

 
 Il est donc évident que l’enjeu de la gigantomachie actuelle est le contrôle de nos rétentions secondaires, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle Patrick Le-Lay affirmait que son métier c’est de vendre du temps de cerveau disponible, c’est à dire de l’attention, à Coca Cola.

 

Il y aura autant de compréhensions de cette note que de lecteurs. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose d’arriver à communiquer de manière univoque ?

 

Par www.christian-faure.net

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Psychanalyse
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 09:12

Bienvenue chez Goldman Sachs, le supermarché de la finance. Visitez chacun des rayons : on y trouve de tout, pour tout, partout. Et toujours, on passe à la caisse ! Cliquez ici pour des interviews indexés par secteur d'activité.

 

 

Goldman Sachs, la banque qui se prend pour Dieu, qui domine les médias et la politique dans le monde, serait-elle à l'origine de la perversion généralisée qui rêgne sur nos sociétés ?

 

 

  - Double cliquez sur la vidéo pour obtenir le plein écran -

 

   Depuis cinq ans, la banque d'affaires américaine Goldman Sachs incarne tous les excès et dérives de la spéculation financière. Après s'être enrichie pendant la crise des « subprimes » en pariant sur la faillite des ménages américains, elle a été sauvée de la faillite grâce à ses appuis politiques. Quand le krach financier traverse l'Atlantique, Goldman Sachs devient l'un des protagonistes de la crise de l'euro en pariant contre la monnaie unique, après avoir maquillé les comptes de la Grèce. Quand les gouvernements européens tombent les uns après les autres, "la Firme" en profite pour étendre son formidable réseau d'influence sur le Vieux Continent.

 

 
UN EMPIRE INVISIBLE !

Plus qu'une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d'euros d'actifs, soit deux fois le budget de la France. Un empire de l'argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino, pariant sur tout et n'importe quoi pour engranger toujours plus de profits. Grâce à son réseau d'influence unique au monde et son armée de 30.000 moines banquiers, Goldman Sachs a su profiter de ces cinq années de crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l'impunité des justices américaines et européennes.

  
Ce documentaire de Marc Roche, journaliste spécialisé au Monde, auteur du best-seller La Banque, et de Jérôme Fritel, est une plongée au cœur de ce pouvoir qui ne reconnaît aucune frontière, ni aucune limite et menace directement les démocraties. Les témoignages, à visage découvert, d'anciens salariés de Goldman Sachs, de banquiers concurrents, de régulateurs, de leaders politiques, d'économistes et de journalistes spécialisés dévoilent pour la première fois la toute puissance financière et politique de "la banque qui dirige le monde".

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Vie publique et économique

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes