20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 13:55

Qu'est-ce que la postmodernité ? Comment sommes-nous passés de la modernité à la postmodernité ? Explication philosophique d'une profonde mutation sociétale :

 

 

retournement.jpg

 

Une brève présentation de la modernité

 

La modernité prend véritablement naissance avec les philosophes des Lumières. Elle considère que “l’homme est la mesure de toute chose” (humanisme). Elle rejette l’autorité et la tradition pour les remplacer par la raison et la science. Dieu et la religion sont détrônés.

 

L’esprit moderne présuppose la connaissance comme accessible à l’esprit humain. La connaissance est certaine, objective et bonne et doit obligatoirement mener au progrès. L’homme moderne a une foi absolue dans ses capacités rationnelles. Par l’observation, l’expérience et la réflexion, chacun peut découvrir la vérité. L’école est un lieu de rupture avec le milieu d’origine pour atteindre le progrès. L’éducation doit libérer l’individu de la vision étroite et irrationnelle que lui imposent ses passions, sa famille et la société pour l’ouvrir à la connaissance rationnelle.


Le passage de la modernité à la postmodernité


La modernité s’est caractérisée par un accroissement des connaissances dans tous les domaines. La mondialisation et le développement des médias ont accentué encore ce phénomène. La raison ne parvient pas à unifier la connaissance. On parle plutôt de coexistence de connaissances hétérogènes, de brisure du savoir (parcellisation, fragmentation, éclatement). Le sens et la rationalité semblent s’opposer.

 

Le rêve du progrès continu a été ébranlé par deux guerres mondiales, par l’holocauste, par le développement du nationalisme, par la crainte de la destruction nucléaire, par la dégradation de l’environnement. La technologie mise en oeuvre est déshumanisante.

La raison est perçue comme un instrument de puissance et de domination qui étouffe le sujet, ses sentiments, son imagination, son intuition…

 

Peu à peu, l’optimisme de la modernité va céder la place au désenchantement et à la désillusion. La postmodernité va se présenter à la fois comme un rejet et comme un dépassement de la modernité.

 

LES CARACTERISTIQUES DE LA POSTMODERNITE


La fin du règne de la raison

 

La modernité a fait de la raison la dernière idole, celle qui devait réussir là où toutes les autres avait échouées (cosmos, religion, tradition, patrie…), celle qui devait réussir à unifier le savoir. Son échec signe donc la fin des idoles et l’entrée dans une nouvelle ère : la postmodernité. Cet échec remet également en question la notion même de progrès.

 

Le relativisme

 

« A chacun sa vérité » ! Cette expression caractérise parfaitement la postmodernité. Le relativisme découle de la fin des idoles, de l’absence de principe unificateur du savoir. Puisque la connaissance n’est pas certaine, objective et bonne, chacun est renvoyé à lui-même pour déterminer ce qui est vrai. La vérité est maintenant subjective, il s’agit de ce qui a un sens pour moi.

 

La méfiance à l’égard de l’autorité

 

Puisque aucune autorité ne fait véritablement sens il en résulte une méfiance généralisée à l’égard de toutes formes d’autorité.

 

L’hyper individualisme

 

L’humanisme qui allait de pair avec la modernité a déjà plus qu’amorcé le phénomène de l’individualisation. Avec la fin du règne de la raison, le relativisme et la méfiance à l’égard de l’autorité, avec la nécessité de se déterminer uniquement par soi-même, le phénomène s’accentue encore… On peut alors parler d’hyper individualisme. L’hyper individualisme met notamment en avant l’importance de l’expérience personnelle et fait la part belle aux sentiments. « Je sens donc je suis » !

 

La dénaturation du langage

 

Le langage est dénaturé. Chacun peut donner une signification différente à un même mot. Il n’y a plus de référence commune qui donne véritablement son sens aux mots. A cet égard il est intéressant de constater que d’innombrables dictionnaires en tout genre fleurissent chaque jour…

 

La multiplication des choix

 

Cette caractéristique, déjà présente dans la modernité car découlant notamment de l’accroissement des connaissances et de leur hétérogénéité, s’accentue elle aussi. La multiplication appelle la multiplication…

 

La prééminence de l’instant présent

 

Ici et maintenant ! Puisque le passé est définitivement révolu, puisque la possibilité même du progrès n’a plus de fondement, puisque l’avenir n’a rien à proposer, c’est au présent qu’il faut vivre et vivre intensément.

 

Une certaine désespérance

 

Alors que sous le règne de la raison, l’optimisme et un certain enthousiasme sont de mise, la postmodernité voit l’apparition d’un nouvel état d’esprit. L’optimisme cède peu à peu la place au scepticisme et au pessimisme voire au cynisme et à la désespérance.

 

Le retour du religieux

 

La question qui se pose c’est de quel religieux s’agit-il ? Trois caractéristiques nous semblent majeures. Tout d’abord il s’agit d’un religieux à la carte (à chacun son religieux). Ensuite, Il s’agit également d’un religieux qui rejette la raison pour faire un saut dans l’irrationnel (la foi sans la raison peut-elle exister ?). Enfin, ce retour du religieux témoigne certainement de l’impossibilité pour l’homme de vivre sans croyances.

 
January 4th, 2011 by

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Actualité-sociologie

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes