25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 11:19

"Freud n'était pas le pervers incestueux décrit par le philosophe Michel Onfray pour démonter ses théories !"  Inédite, la parution de sa correspondance privée avec ses enfants révèle l'intimité d'une famille pas si différente des autres...

 

vorschau_sigmund_freud_und_anna_1913.jpeg

Freud et sa fille Anna en 1913.

 

C'était un patriarche à l'ancienne qui parlait contraception avec ses filles. Longtemps inédite, la correspondance de Freud avec ses enfants montre un père à la fois traditionnel et libéral.

 

Quel père était donc Freud ? Les critiques allemands n'ont pas manqué de se poser la question lors de la parution de cette correspondance largement inédite, entretenue avec ses enfants entre 1898 et 1939, tant la figure paternelle joue un rôle central dans sa théorie. Il s'agit là « d'une lecture du plus haut intérêt, précisément parce que c'est moins Freud le psychanalyste que Freud le chef de famille qui écrit », souligne Lothar Müller dans le « Süddeutsche Zeitung ». Rien à voir, donc, avec les lettres à sa fille Anna - la seule à être devenue psychanalyste -, publiées il y a quelques années, et d'ordre plus « professionnel ». Ce nouveau recueil rassemble les lettres de Freud à ses cinq autres enfants (et à leurs conjoints), ainsi que certaines de leurs réponses. « Freud leur écrit avec simplicité, clarté, de façon posée, son style est précis mais ni froid, ni dénué d'humour », note Christine Pries dans le«Frankfurter Rundschau ».

 

On y découvre son goût pour les jeux de hasard et la cueillette des champignons. Et, surtout, un curieux mélange de père moderne et traditionnel. Car s'il délègue à sa femme Martha l'éducation des enfants, suivant en cela la plus pure tradition bourgeoise, Freud ne leur inflige pas de châtiments corporels et se soucie sincèrement de leur bonheur. Ils pourront toujours compter sur son soutien, notamment financier, et sur son ouverture d'esprit : on le voit ainsi, dans une lettre, donner des conseils de contraception à sa fille Sophie, qui attend un bébé qu'elle ne désire pas.

 

« Freud était indubitablement un chef de famille patriarcal, mais il remplissait ce rôle d'une façon libérale. Il se mêle des projets de mariage, donne son avis sur les prétendants, se renseigne sur eux mais, que ce soit pour ses fils ou ses filles, il ne met jamais de veto, il encourage plutôt ses enfants à prendre eux-mêmes leur décision », remarque Lothar Müller. Son sens de la famille s'étend même aux pièces rapportées :

« En mai 1932, Freud écrit à son gendre Max Halberstadt, qui, après la mort de Sophie et malgré son remariage, continue à faire partie de la famille : ''En attendant, restons soudés''. Cette phrase donne son titre au livre. Elle montre comment, pendant des décennies, Freud a veillé à la cohésion des siens.»

Selon Elisabeth von Thadden du« Zeit », l'immense influence du patriarche sur ses enfants remonte à leur prime jeunesse. Tous sont nés entre 1887 et 1895, une époque où il manquait de temps pour s'en occuper : « Ce sont les années les plus denses de son existence, des années fondatrices où il élabore sa méthode. » Son travail l'absorbe alors presque totalement. « Le père passe douze à quinze heures par jour dans son cabinet, parfois même dix-huit. Mais ce père est là malgré tout, à côté. Il apparaît pour les repas, souvent absent, silencieux et toujours enveloppé par la fumée de ses cigares. Cette dialectique de l'absence et de la présence a dû énormément contribuer à l'ascendant de Freud sur ses enfants », analyse la critique.

 

Tous semblent en tout cas, à lire les comptes-rendus de la presse allemande, avoir vécu par la suite dans l'ombre écrasante du grand homme, cherchant à s'en affranchir sans jamais vraiment y parvenir. Les fils choisissent des professions très éloignées de la psychanalyse. Martin devient juriste, Oliver ingénieur et Ernst architecte. Mais, hormis Oliver, tous profiteront à un moment donné de la renommée de leur père. Après avoir enchaîné les petits boulots, Martin finit par obtenir une allocation de la part des Archives Freud à New York. Quant à Ernst, il a largement bénéficié pour sa belle carrière d'architecte du réseau des psychanalystes...

 

Pour Lothar Müller, l'une des caractéristiques marquantes de ces lettres serait en dernier ressort leur « fatalisme ». Il « imprègne la façon dont Freud, depuis sa première opération en 1923, accepte le cancer qui le ronge, prend des mesures dans la perspective sa mort, revoit son testament et finalement emprunte en 1938 le chemin de l'exil vers Londres.»

 

Books:

« "Unterdeß halten wir zusammen" Briefe an die Kinder »
(« ''En attendant, restons soudés''. Lettres à ses enfants »)
par Sigmund Freud.

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Historiographie

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes