28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:38

"Pharmacien : une profession protégée ? Plus tant que cela! Aujourd’hui, une pharmacie sur deux est dans le rouge, et ce sont surtout les petites officines qui sont menacées."

 

 

-Cliquez sur le logo LCP pour consulter la vidéo de l'émission:

 

Etat de santC-9b8cf

 

Un exemple alarmant de la situation en Midi-Pyrénées:

  

En 2011, un quart des pharmacies sont menacées de faillite. En Midi-Pyrénées, douze officines ont déjà tiré leur rideau l'an dernier et l'Ordre s'inquiète de leur santé économique.

 

De mémoire de pharmacien, on n'avait jamais vu ça. L'an dernier en Midi-Pyrénées, douze officines ont tiré leur rideau définitivement. Le nombre de liquidations judiciaires explose chez ces professionnels de la santé confrontés à une situation économique qui se détériore plus vite que jamais. Et l'avenir ne va pas s'arranger puisque la sérieuse Coface, société spécialisée dans l'information économique, a même estimé qu'en 2011 un quart des pharmacies seraient menacées de faillite.

    

L'an dernier 167 pharmacies ont fermé au plan national et le troisième département le plus touché de France est la Haute-Garonne. écrasées sous le poids de la dette qui a explosé (+104,5%), leurs comptes ont viré au rouge contraignant les pharmaciens à déposer le bilan. Des fermetures qui inquiètent les élus locaux. « Ils sont nombreux à nous demander de l'aide pour enrayer ce phénomène » assure le Gersois Michel Laspougeas, président du Conseil régional de l'ordre des pharmaciens Midi-Pyrénées (lire interview).

 

- Un plan d'urgence pour sauver les officines !

 

Face à cette hécatombe, les pharmaciens réclament un plan d'urgence. Plus contraignant que celui des médecins leur statut ne permet pas aux docteurs en pharmacie de s'installer où ils veulent. Ainsi quand un cabinet médical ferme et se retrouve sans repreneur surtout en milieu rural, le pharmacien perd le prescripteur de sa zone. Le chiffre d'affaires plonge alors inévitablement alors que les charges (loyer, salaires, emprunts…) se maintiennent. « à Toulouse, si les pharmacies ont fermé c'est parce qu'elles n'ont pas été soutenues par les banques. En milieu rural, quand le pharmacien ferme c'est le lien social qui est détruit car il va souvent bien au-delà de la simple mission médicale » assure Jean-Jacques Mirassou, sénateur PS de la Haute-Garonne.

 

Le Conseil de l'ordre pointe du doigt les déremboursements qui se multiplient, la concurrence des parapharmacies… à cela s'est ajoutée ces dernières années, la flambée du prix des fonds de commerce. Les pharmaciens qui s'installaient ont dû s'endetter au-delà du raisonnable pour posséder leur officine et croulent sous les traites. L'Ordre tente de faire entendre sa voie à l'Assemblée nationale pour sauver la profession.

 

L'enjeu est de taille puisque rien qu'en Midi-Pyrénées on dénombre 1 495 pharmacies qui font vivre 2 500 pharmaciens (titulaires et associés) qui emploient 8 000 préparateurs.

 


"Revaloriser le pharmacien"  

  

à bientôt 32 ans, voilà quatre ans que Damien Ghedin a repris la pharmacie familiale à Labastide Saint-Sernin, un petit village de 2000 habitants à une vingtaine de kilomètres au nord de Toulouse. Et depuis l'an dernier les premiers signes de ralentissement se sont faits sentir. « Pour la première fois au dernier trimestre 2010, l'activité de la pharmacie a stagné. Cela n'était jamais arrivé ! » constate le pharmacien de village qui était habitué jusque-là à voir l'activité progresser. « Et encore en milieu rural, je ne me plains pas. Mes confrères du centre ville de Toulouse, eux, enregistrent souvent des baisses de chiffre d'affaires » assure-t-il.

En cause, plusieurs facteurs dont la marge sur les médicaments vignetés qui, sous la pression de la Sécurité sociale, diminue.

 

Les déremboursements dont la liste s'allonge d'année en année contribuent aussi à la baisse de l'activité de l'activité médicament. « Dans un souci d'économies, la Sécurité sociale demande aussi aux médecins de moins prescrire… » soupire Damien Ghedin. Mais loin de se lamenter, le jeune pharmacien a des idées pour en sortir par le haut et regarde la pratique de son métier à l'étranger. « Les pharmaciens doivent s'orienter vers une rémunération au service comme prendre la tension, participer à des opérations de dépistage, adapter la posologie après des analyses de biologie ou avoir la possibilité de prescrire comme cela se fait au Québec ou au Royaume-Uni.

 

Après les médecins, nous sommes les professionnels de santé les plus diplômés, on devrait plus faire appel à nous. Car il y a déjà des déserts médicaux mais si ça continue il y aura ni médecins ni pharmacies ! » assure le pharmacien. Sans compter que les officines sont aussi des employeurs : celle de Labastide Saint-Sernin emploie neuf personnes dont cinq préparateurs, une PME à elle toute seule !

  


"La peur du désert médical"

  

Pourquoi les pharmacies sont-elles en difficulté financière ?

Michel Laspougeas, président du Conseil régional de l'orde des pharmaciens. Les raisons sont multiples mais la principale tient à la baisse des ventes. Le chiffre d'affaires des officines ne cesse de diminuer. Les économies imposées par la Caisse primaire d'assurance maladie ont atteint un stade au-delà duquel on ne peut pas aller sans affecter l'équilibre économique des pharmacies. Les médecins sont appelés à moins prescrire alors que les déremboursement contribuent également à l'attrition de l'activité.

Le milieu rural est-il aussi touché ?

 

La situation est souvent moins grave dans les campagnes car les charges sont moins élevées et la clientèle plus fidèle. En revanche, nous faisons fasse au désert médical croissant qui se traduit par des départs de médecin en retraite non remplacés. à terme, l'activité des pharmacies s'en trouvera affectée.

   

Comment inverser la tendance ?

  

La nouvelle loi Hôpital Santé Territoire donne de nouvelles prérogatives aux pharmaciens dans les actions de prévention médicale par exemple ou d'hospitalisation à domicile. Nous nous dirigeons vers une prestation à l'acte. Ce sera une bulle d'oxygène pour les pharmaciens.

 


Le chiffre : 25 %

 

des pharmacies > Menacées par la faillite en 2011. C'est la statistique publiée par Coface Service qui relève un « fort risque » de faillite d'un quart des officines en France. La Haute-Garonne est le troisième département le plus touché de France.

 

Partager cet article

Published by Trommenschlager.f-psychanalyste.over-blog.com - dans Dossier Vie publique et économique

Soins conventionnels :

- Etat dépréssif

- Troubles anxieux

- Situations de crise

- Troubles compulsifs

- Hypnothérapie médicale

 

  Nouveau site internet :

  http://www.psychologie-luxeuil-70.com/

Rechercher

Soins spécifiques :

- Souffrances au travail 

- Thérapie de couple ou familiale

- Suivi scolaire et aide à l'orientation 

- Communication et relations publiques

- Facultés attentionnelles et concentration

Université Populaire UPL :

AP_circle_logo.jpeg
              
 
France bleu - Trommenschlager / Neuromarketing
 

Liens

setonly.png     cerveau-et-psycho.jpeg

collège DF   France-Culture

Pages externes